TOUT CE QUI NOUS RESTE DE LA RÉVOLUTION, C’EST SIMON

  Théâtre Saint Gervais de Genève, 30 octobre

Collectif l’Avantage du doute, création et jeu Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas, Nadir Legrand.

Créé en 2008, à l’occasion du 40e anniversaire des événements de 1968 au Théâtre de la Bastille avec un indéniable succès, ce spectacle met en scène les enfants nés en 1968, ceux qui n’ont pas connu l’autorité magistrale, les repas où les enfants n’avaient pas la parole, la loi du pater familias, les conférences magistrales au Grand Amphi de la Sorbonne . Virginie Linhart avait publié un livre rageur Le jour où mon père s’est tu, dont L’avantage du doute a dû s’inspirer. Face à un père bon enfant  et ironique plutôt réduit au silence, ses trois filles se déchaînent, le tournant en ridicule. « Il est interdit d’interdire », « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi » tout cela a fait long feu. Et pourtant, les millions de manifestant ont conquis les accords de Grenelle, tout en 1968 n’était pas à jeter aux orties.Ce pastiche improvisé semble pousser des portes ouvertes malgré la belle vivacité des acteurs. L’avantage du doute a monté récemment La légende de Bornéo qui a suscité de bons échos. 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s