LE MYSTÈRE-DES MYSTÈRES d’après E.E. Cummings, les Endimanchés, l’Échangeur de Bagnolet 22 décembre

LE MYSTÈRE DES-MYSTÈRES (213) Les Endimanchés, Échangeur de Bagnolet, 22 décembre
D’après E.E. Cummings, mise en scène, scénographie, musique Alexis Forestier, avec Élise Chauvin, Alexis Forestier, Jean-François Favreau et Cécile Saint-Paul.
Alexis Forestier, poète de l’espace théâtral, s’est emparé du verbe de l’écrivain américain E.E. Cummings, auteur de plusieurs milliers de poèmes pour concevoir cet ce spectacle singulier et sonore, éclatant sur le plateau de l’Échangeur, près sa création en octobre aux Subsistances de Lyon en octobre 2012.
Contemporain et ami de Dos Passos, Gertrud Stein et Ezra Pound, Cummings a passé une partie de sa vie à Paris. Alexis Forestier dont nous avions vu récemment l’étonnant Changer la vie à la Ferme du Bonheur avec André Robillard et Divine Party au Paris Villette (voir théâtre du blog), donne le meilleur de lui-même avec ses trois complices. En exergue du spectacle, ces recommandations de l’auteur : « Détendez-vous et laissez à ce jeu la possibilité de vous faire voir-détendez-vous, ne vous en faites pas s’il ne ressemble pas à quelque chose d’autre-détendez-vous, cessez de vous demander de quoi il s’agit-ainsi que de beaucoup de choses étranges et familières, y compris La Vie, ce jeu ne s’agit pas : il est tout simplement. Ne cherchez pas à le mépriser, laissez-le essayer de vous mépriser. Ne cherchez pas à l’apprécier, laissez-le essayer de vous apprécier. Ne cherchez pas à le comprendre, laissez le essayer de vous comprendre. »
Une succession d’images étonnantes, des drapés qui se relèvent et et se succèdent, des images élaborées par les quatre protagonistes qui se multiplient dans l’espace, des montées musicales fulgurantes, une suite de poèmes saisissants scandés au piano sur la guerre, sur l’amour, sur la mort, malheureusement mâchés dans un anglais improbable et dans un français peu audible à cause d’une sonorisation souvent saturée. Qu’importe, ce Mystère des Mystères qui porte bien son nom nous aura permis de découvrir un poète majeur disparu en 1962. On pouvait se plonger dans le livret du texte en vente pour un € à la sortie de ce dernier spectacle de l’année 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s