EN ATTENDANT GODOT, Théâtre de l’Athénée, 18 janvier

De Samuel Beckett, mise en scène Bernard Levy
« Nous naissons tous fous, quelques uns le demeurent ! (…) On trouve toujours quelque chose pour nous donner l’impression d’exister ».
Bernard Levy avait déjà présenté Godot en 2009 au Théâtre de l’Athénée, il le reprend avec Fin de Partie dans ce même théâtre.
Gilles Arbona en Wladimir et Thierry Bosc en Estragon sont porteurs d’une belle humanité avec leurs complicités, leurs querelles de vieux couple inséparable. Gogo surtout qui a mal aux pieds, se déchausse et oublie ce qu’il a fait la veille en découvrant une paire de chaussures qu’il croit lui aller le lendemain. Il se fâche contre Didi, veut partir, mais ils se rappellent qu’ils attendent Godot qui remet sans cesse au lendemain sa venue. Alors ils s’étreignent et décident de revenir.
Par contre le couple de Pozzo et Lucky formé par Patrick Zimmermann et Georges Ser installent un climat inquiétant un peu lourd en jouant avec une trop grande brutalité. Cette image de l’humiliation sadique d’un serviteur par son maître existe bien dans le texte, mais elle est inutilement pesante. Reste que malgré les vingt minutes de trop, on ne boude pas son plaisir car on goûte l’humour de Beckett dans un beau décor de Giulio Litchtner.
Théâtre de l’Athénée jusqu’au 27 janvier, réservation 01 53 05 19 19

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s