ZNORKO MON AMOUR

ZNORKO MON AMOUR, 4 mars 2013

Publié le 5 mars 2013 par edithrappoport

 

 

 

Un appel de Nicole Gautier, ce matin m’anéantit. Wladyslaw Znorko a rendu ses dernières armes à la Gare Franche, cette nuit à Marseille. Catherine Verrier, son ange gardien avait appelé encore une fois les pompiers qui n’ont cette fois rien pu faire pour empêcher l’inéluctable.

 

Znorko, notre première rencontre avait eu lieu en 1985, grâce à un photographe qui nous avait mis en contact. Je cherchais des spectacles de rue pour les Stars du Trottoir au Théâtre 71 que je dirigeais aux côtés de Pierre Ascaride. J’avais reçu une drôle de belle lettre manuscrite avec un beau dessin, dépourvue de toute adresse ! Nous avions invité Der Zug, Wlad avait déjà la passion des trains visible dans tous ses spectacles, qui ne le quittera pas, puisqu’il s’est installé vingt ans plus tard à la Gare Franche de Marseille grâce à Philippe Puigserver qui l’a accompagné pendant des années. Philippe vient lui aussi de disparaître voilà un mois.

L’une de mes plus grandes fiertés de directrice de théâtre , c’est d’avoir accueilli pendant un mois La petite Wonder, au Théâtre 71 en 1986, encore les trains, une belle découverte, la presse le comparaît déjà à Tadeusz Kantor (qui était venu mettre en scène au Théâtre 71, Les cordonniers sur l’invitation de Guy Kayat le fondateur du Théâtre 71). Beaucoup d’autres spectacles ont suivi, Les saisons de Maurice Pons à Feyzin, Ulysse à l’envers au Festival d’Avignon,  La maison du géomètre, À la gare du coucou suisse à Lille, Le traité des mannequins, Les boutiques de cannelle, ces deux derniers spectacles accueillis par Nicole Gautier au Théâtre de la Cité internationale.  Toujours des émotions indicibles…Nous étions allés rendre visite à Wlad en Irlande à Dunquin où il s’était installé pendant quelques années pour préparer son Ulysse à l’envers. 

 

Et puis, il y a eu l’installation du Cosmos Kolej à Marseille,  Le Koursk accueilli à la Friche de la Belle de Mai. Puis l’installation à la Gare Franche, vieille friche en ruines à côté du Plan d’Aoû, sur les hauteurs des quartiers Nord avec une vieille maison fraîchement restaurée depuis deux ans. La compagnie se structure, accueille des compagnies en résidence auxquelles Znorko ne prête guère attention.  Les travaux pour le mise en sécurité de leur salle de spectacle étaient en passe de se réaliser cet été ! Pour son dernier spectacle Le passage du cap Horn avec Florence Masure et Philippe Vincenot, vu  à Clermont Ferrand, accueilli par le Très tôt Théâtre en décembre 2011, Znorko était absent, déjà terrassé par l’une des nombreuses crises qu’il avait surmontées pendant des années. Il devait lire aujourd’hui à la Gare Franche Les guerriers nus de Jean-Marie Lamblard qu’il envisageait de monter…Son corps y est resté, ses amis le pleurent.

Le Cosmos Kolej devait présenter sous chapiteau la deuxième partie du Passage du Cap Horn, sous chapiteau au Festival d’Avignon.

Je suis allée chercher ce matin un cadre pour un dessin joyeux qu’il m’avait offert : »Pour Édith, ce petit tour de manège ».

http://www.cosmoskolej.org

 
Publicités

Une réaction sur “ZNORKO MON AMOUR

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s