L’IMPOSSIBLE PROCÈS par Brut de Béton, Espace Jean Dame, 9 mars

Réalisation Bruno Boussagol avec Jean-Louis Debard, Noémie Ladouce, Véronique Pilia, Patrick Gay-Bellile et Bruno Boussagol. 

Bruno Boussagol, nous l’avons suivi avec intérêt depuis une vingtaine d’années dans ses aventures théâtrales courageuses depuis Clermont Ferrand où il développe un travail avec des handicapés mentaux et sa lutte déterminée contre les ravages du nucléaire. Il s’est rendu et continue de se rendre régulièrement à Tchernobyl. On se souvient de La prière pour Tchernobyl, de La supplication de Svetlana Alexeïevitch, d’Elena ou la mémoire du futur et surtout de l’inénarrable Women 68 vu en 2008 au Festival d’Aurillac, entre autres. 

Cet Impossible procès, c’est celui que personne ne pourra livrer contre l’État Français pour nous avoir vendus pieds et poings liés à l’industrie nucléaire. Nicolas Lambert avait déjà dénoncé ce risque terrible auquel nous sommes soumis dans Avenir radieux, une fission française, où il interprétait tous les Présidents de la République de De Gaulle à François Hollande, faisant ce choix radical, qui hypothèque définitivement notre avenir énergétique au nom d’une énergie « propre » et moins chère.

La cour pénètre en scène pour juger un accident nucléaire survenu en 2015 : Un Boeing 747 d’Air Maroc s’est écrasé sur la centrale nucléaire du Blayais à proximité de Bordeaux, aucun survivant parmi les 150 passagers. Les conséquences sont incalculables, on a réussi à évacuer les environs proches, mais il n’en est pas question pour les habitants de la métropole qui sont trop nombreux. Le procès voit s’affronter une procureure déchaînée (remarquable Véronique Pilia) contre l’avocat doucereux de Monsieur de Pressac, directeur Président du Très Haut Commissariat à l’énergie nucléaire civile, interprété par Boussagol chaussé de lunettes noires, antipathique à souhait, mutique la plupart du temps, cumulant tous les contrepouvoirs au nom du secret défense. Le procès est arbitré  par un juge qui tente de faire son travail, mais qui ne pourra prononcer aucune condamnation de l’État pour dommage infligé à la population. 

 L’instruction est fouillée, les personnages plus vrais que nature, c’est parfois drôle mais le plus souvent terrifiant On annonce 613 victimes, il y en aurait en fait 300 000, pour ne parler que des années proches.  Des témoins venus d’associations antinucléaires sont appelés à la barre. Dans cette salle immense prêtée par la Ville de Paris, les spectateurs pour la plupart militants de la cause, se terrent dans leurs fauteuils.

On pourra voir ce spectacle dans un réseau militant, le 20 avril à Montélimar, puis Strasbourg, Kaysersberg, Bure (26 avril), Darnieulles, Golfech, Toulouse, Gaillac, Colmar, Angoulême, Embrun, Paris.

http://www.brut-de-beton.net 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s