UNE OPÉRETTE À RAVENSBRÜCK de Germaine Tillion, mise en scène Frédéric Fachena et Laurent Vergnaud, ENM de Mantes la Jolie 18 avril

LE VERFÜGBAR AUX ENFERS (72) Une opérette à Ravensbrück, École Nationale de de Musique de Mantes la Jolie, 19 avril
De Germaine Tillion, direction artistique, adaptation et mise en scène Fédéric Fachena et Laurent Vergnaud, Collectif 12
Germaine Tillion, étonnante ethnologue née en 1908, a travaillé dans le sud algérien avant de s’engager dans la résistance dès juin 1940. Elle est arrêtée et déportée à Ravensbrück en octobre 1943. Enfermée dans le camp, elle continue à mettre à profit son immense culture musicale et littéraire, elle résiste par le rire, en écrivant cette opérette cachée au fond d’une caisse d’emballage, pendant que ses camarades de commando travaillent au déchargement des trains de marchandises volées par les nazis. Les conditions du camp se détériorent en avril 1945, au moment où les portes du camp s’entrouvrent, Germaine Tillion pourra s’enfuir avec quelques survivantes, avant d’avoir complètement terminé son opérette.
Frédéric Fachena et Laurent Vergnaud se sont emparés de cette oeuvre magistrale avec une équipe de 6 comédiennes chanteuses, assistées par un un choeur de 6 femmes, un comédien l’étonnant Xavier Tchili le naturaliste présentateur qui mène le jeu avec une ironie glaçante, et un orchestre de 6 musiciens. Germaine Tillion qui avait vécu dans un milieu mélomane avait indiqué les musiques d’une vingtaine de séquences qu’on retrouve dans le fac simule de son manuscrit : de Fernandel à Phiphi en passant par Oscar Strauss et le Carnaval des animaux et Les Bateliers de la Volga ou La marche des cambrioleurs, toute la troupe s’en donne à coeur joie avec un humour salutaire.
L’entomologiste, très élégant en Frac et haut de forme présente une conférence sur une nouvelle espèce zoologique, celle des Verfügbar, mot signifiant « disponible » dans le dialecte germanique. Il présente tous les spécimens de cette espèce rare qui avait refusé de travailler pour l’effort de guerre nazi, astreinte aux travaux les pires, attelée à un immense rouleau pour aplanir le terrain du camp ou au tri dans un gigantesque hangar, sous alimentée à la limite extrême de la survie. Il définit l’objet de son étude du verfugbar : c’est « le produit de la conjugaison du gestapiste mâle avec une résistance femelle… »
Les 12 comédiennes chanteuses dans des robes de 1940, se livrent aux démonstrations annoncées par l’entomologiste, aux antipodes de la déploration et du misérabilisme, avec une santé de résistante, celle qui a permis à Germaine Tillion d’atteindre l’âge de 101 ans avant sa mort en 2008. Au fond de l’enfer, Germaine Tillion était prête à rire de tout, de presque tout…. La déportation, l’accueil au camp, la faim, les moyens de survie, la description scientifique du verfugbar  » en général il perd ses peaux au printemps avec beaucoup de gémissements, rhumes, fluxions de poitrine entraînant assez souvent la mort… », sont l’objet d’un humour salvateur. Cette opérette balaye les saisons avec une incroyable gaité.
Le texte d’une Opérette à Ravensbrück avec des extraits du fac simule de son manuscrit a été publié par les éditions Points avec une introduction de Tzvetan Todorov, 121 pages, http://www.lecerclepoints.com
Malheureusement pour l’instant la seule représentation prévue est à l’École Nationale de musique de Mantes la Jolie ce 21 avril à 17 h, Tél 01 34 77 88 88.

http://www.collectif12.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s