7e BIENNALE INTERNATIONALE DES ARTS DE LA MARIONNETTE

 7e BIENNALE INTERNATIONALE DES ARTS DE LA MARIONNETTE

Maison des Métallos, 15 mai

Le Théâtre de la Marionnette à Paris, à la veille de son installation définitive au Théâtre Mouffetard, organise depuis 14 ans une rencontre de formes insolites à partir de détournements d’objets regroupés sous le nom de marionnettes. Autrefois accueillie au Théâtre de la Cité Internationale sous la direction de Nicole Gautier, cette 7e Biennale se déroule cette année à la Maison des Métallos qui accueille 8 spectacles jusqu’au 19 mai, puis 10 autres à Pantin et ailleurs, sur des places parisiennes, au théâtre des Sources de Fontenay aux Roses, au Centre Culturel Jean Houdremont de La Courneuve ainsi qu’au Théâtre de la Girandole de Montreuil jusqu’au 3 juin. 18 spectacles de compagnies à découvrir pour la plupart, certaines ne sont pas nées de la dernière pluie…

UNA TAZZA DI MARE IN TEMPESTA  de et par Roberto Abbiati(Italie)  inspiré de Moby Dick d’Herman Melville

Ce petit entresort de 20 minutes accueille de très jeunes enfants dans une cabane minuscule percée de niches qui s’ouvrent pour laisser apparaître le visage du conteur manipulateur d’objets d’art brut. La brièveté du spectacle nous permet de supporter l’inconfort d’une vision sur les 4 côtés de la cabane, mais on se prend à regretter nos souvenirs de la lecture du roman de Melville.

Maison des Métallos jusqu’au 19 mai à 10 h, 14 h, 15 h, 17 h, 19 

Attention à la jauge limitée.

ANTIGONE  par Ulrike Quade Company (Pays Bas)

Chorégraphie Nicole Beutler et Ulrike Quade, comédiens manipulateurs Hillary Blake Firestone, Michelle Rizzo, Cat Smits, fabrication des marionnettes Watanabe Kazunori.

Cette compagnie basée à Amsterdam avait été accueillie en 2011 par la BIAM avec Dog’s Love et The Writer. Les 2 artistes ont fait un voyage au Japon en 2012 pour étudier le Théâtre Nô et le Kabuki. En scène trois grandes marionnettes figurant Antigone, Ismène et Polynice manipulées à vue par des comédiens en Bunraku. On assiste à la révolte d’Antigone condamnée pour le rite funéraire offert à son frère, à sa pendaison, au deuil de sa soeur Ismène après une danse sauvage des marionnettes et de leurs manipulateurs. On goûte la beauté des formes, une émotion naît de ce deuil d’une soeur tendrement chérie. Mais la compagnie fait l’impasse sur le pouvoir de Créon l’oncle absent qui a décrété la condamnation.

http://www.ulrikequade.nl

COCKPIT CUISINE   La Bande Passante, France  

Mise en scène Benoît Faivre

Laurent  Fraunié incarne un bricoleur découvrant la maison abandonnée, encombrée d’objets d’un certain Marcel Blondeau, cinéaste naïf, Facteur Cheval du cinéma disparu de sa maison. Aidé de deux acolytes muets, experts en manipulation, il parvient dans un bagout d’enfer à reconstituer des bouts de films disparus. Sa célérité qui nous tient en haleine au début du spectacle finit par nous lasser, dans une accumulation sans fin, sans doute à cause de l’inconfort de la salle bourrée.

http://www.labandepassante.fr

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s