ALA TE SUNOGO/DIEU NE DORT PAS, spectacle de Blonba, le Grand Parquet, 17 mai

 

 

Mise en scène Jean-Louis Sagot-Duvauroux et Ndji Traoré, avec Adama Bagayoko, Alimata Balde, Diarrah Sanogo, Sidy Soumaoro, Souleymane Sanogo et Tidiani Ndiaye  

Cheikna, jeune patron du Koteso, café musical plutôt prospère vient demander sa licence à l’inspecteur Banyango. Il se purifie les mains avant de pénétrer dans le bureau où il se fait recevoir fraîchement par un fonctionnaire déchaîné qui travaille au « bureau d’acceptation des subsides intérieurs de la pauvre Afrique ». Travaillant sous la direction du « ministre des finances aléatoires, de la direction générale des caprices fiscaux, du services des inspections inopinées, section des récalcitrants », l’inspecteur calcule les recettes que Cheikna devrait faire pour servir au mieux son pays : 1500 spectateurs par soir, 50 passes par nuit, « un fonctionnaire doit faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État, c’est son devoir sacré, il ne doit pas se dérober ! »  Cheikna refuse d’obéir à ces conseils de corruption, il sort et rencontre Goundo, belle jeune fille accompagnée de Solo bel éphèbe muet qui s’exprime dans une danse athlétique très expressive. Survient Bougouniéré forte matrone qui épie sa fille, s’inquiète de sa sympathie pour le danseur, puis finit par l’adopter. Solo « accorde son corps et son âme et il danse ».  Cheikna  explique qu’il vit en vendant des places de spectacle. « la danse contemporaine, ici au Mali, si tu veux avoir du monde, c’est comme la politique, c’est toi qui donne de l’argent aux spectateurs (…) Le mot contemporain, ça ne veut pas dire aujourd’hui, ça veut dire Toubab. Sarkozy a raison, nous ne sommes pas entrés dans l’histoire, dans leur histoire ! »

Revenu au bureau des licences, Cheikna se voit imposer une taxe de 27 millions de francs CFA sur la corruption qu’il se refuse d’exercer. Il revient retirer un papier auprès d’une secrétaire affriolante, Mademoiselle Juju (étonnant Adama Bagayoko) qui lui ferme la porte au nez, 5 minutes avant la fermeture légale, lui intimant l’ordre de revenir…

Interprété par une troupe généreuse et hilarante, Dieu ne dort pas est le 12e spectacle de Blonba qui est également producteur de spectacles audiovisuels, seul membre africain de la COPAT coopérative spécialisée dans la captation de spectacles vivants qui réunit une cinquantaine de théâtres francophones. Blonba entre deux tournées se partage entre Bamako et Morsang sur Orge où ils disposent de l’Arlequin à Morsang sur Orge.

Dieu ne dort pas au Grand Parquet les 23, 24, 25 mai à 20 h, le 26 à 15 h, Tél 01 40 05 01 50

22 mai à Saint Michel sur Orge, Tel 01 69 04 93 33

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s