LA RUE EST À AMIENS, 23 juin

 

C’est la 36e édition des fêtes de rue d’Amiens qui  a rassemblé sous la direction de Jean-Pierre Marcos et Philippe Macret les plus grandes compagnies de rue  et bien d’autres plus modestes en devenir. Ils mènent toute l’année dans les quartiers et sur un plan international dans le cadre de la Zone Européenne de Projets Artistiques un travail en profondeur des plus pertinents.

SULKY M1 de At Dirks (Pays Bas)

Un homme arrive au volant de sa petite voiture jaune envahie peu à peu par la fumée, Il s’agite recherche des outils, parvient dissiper le brouillard qui s’étend en rentrant dans le moteur, sort par le capot, finit par servir le thé. Petit entresort plutôt modeste qui tient le coup sous la pluie.

BIG BANG FACTORY École de cirque d’Amiens, spectacle de fin d’année, mise en scène de Jean Édouard Bodziak, professeur d’acteurs. 

Une vingtaine d’élèves adolescents acrobates de danse escalade issus du collège Arthur Rimbaud et du collège Jules Verne, devant une foule assise sous le soleil revenu quelques instants.

TIME FOR TEA, Wet Picnic

Trois soeurs, très british en uniformes noir et blanc nous servent un thé très clownesque avec beaucoup de componction. Des numéros très osés avec force gâteaux réjouissent les spectateurs. Issues de l’université de Winchester, elles se sont inspirées du travail de James Thierrée.

LA TABLE DES PENSÉES  de Ola Sosztak et Willemijn Schellekens

Une table richement chargée est servie dans un petit parc. On peut s’y asseoir, chausser des écouteurs pour entendre les conversations des autres convives.

KORI KORI Création d’Oposito, mise en scène Nathalie Pernette

Oposito, grande compagnie de rue fondée en 1982 par Enrique Jimenez  plasticien de haut vol, très vite rejoint par Jean-Raymond Jacob, installée au Moulin Fondu de Noisy le Sec, elle rayonne dans le monde entier et vient de réaliser son plus beau spectacle: 18 comédiens, danseurs et chanteurs, 4 musiciens dont les instruments sont montés sur des chariots mobiles, déambulent dans les vieilles rues d’Amiens, sous l’oeil vigilant de Jean-Raymond assisté par Pascal le Guehennec. Drapés dans des costumes étrangement bariolés, comportant plusieurs couches qu’ils enlèvent, qu’ils brandissent et projettent autour d’eux, les acteurs entonnent d’étranges mélopées dans un sabir étonnant, alternant des danses sauvages et des stations immobiles et parfois silencieuses. La foule qui les suit fascinée, leur fait une longue ovation méritée.

http://www.oposito.fr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s