LA PALATINE, Théâtre du Loup Blanc (Basse Normandie) Théâtre des Corps Saints, Avignon Off, 9 juillet Saints, Avignon

 D’après la correspondance de Charlotte Élisabeth de Bavière, avec Marie Grudzinski, adaptation et mise en scène Jean-Claude Seguin

Ce parcours dans la vie d’une princesse de Bavière arrachée à 19 ans à son Palatinat pour être mariée à Monsieur le frère de Louis XIV, nous fait plonger dans une vie de cour prisonnière de l’étiquette du château de Versailles. D’amour, point, surtout pas pour un mari dont on répugne les assauts sexuels, ni pour les enfants qui meurent en bas âge. « L’amour dans le mariage n’est plus du tout de mode », d’ailleurs « tous les hommes avaient leurs mignons »…

Attachée à son miroir, cette femme déjà mûre qui a « pris le parti de rire elle-même de sa laideur » ne devient belle que lorsqu’elle revêt une perruque. On entend dans sa chronique les bruits de la révolution qui mûrit dès le début du XVIIIe siècle : pour payer les dettes du roi qui refuse de réduire son train de vie, 24000 personnes sont mortes en France ! Cherchez l’erreur de nos jours !

Théâtre des Corps Saints Avignon, jusqu’au 31 juillet à 15 h, Tél 04 90 16 07 50

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s