ILLUMINATION(S) d’Ahmed Madani, Maison des Métallos 18 octobre

 

 

Revenu du Centre Dramatique de la Réunion qu’il a dirigé pendant quelques années, Ahmed Madani explore son passé de jeune beur des quartiers de Mantes la Jolie. Sur un terrain de foot, une dispute, des vigiles en costumes cravates surgissent, l’un d’eux frappe, la victime ne respire plus. On entend le monologue du cadavre qui parle, il est son grand père algérien Lakhdar qui « ne connaît plus ni la honte, ni la peur, le moment est venu de me battre pour ma terre. Je suis des millions, les ancêtres redoublent de férocité… » On entend le chant des partisans, puis on assiste à une séance de tortures. « l’interrogatoire très poussé est nécessaire pour faire sortir la vérité (…) l’armée de France, c’est la gestapo. Nous sommes là pour sauver des vies, nous supprimons des vies… ». Interprété par un groupe de neuf acteurs venus des Zones Urbaines Sensibles, dont le jeu est chorégraphié avec précision (on se régale quand il se mettent à twister), sur une création sonore de Christophe Séchet, Illumination(s) met en lumière un passé que la France a refoulé. Madani n’a pas perdu  sa griffe artistique de Méfiez-vous de la pierre à barbe. 

Il présentera Je marche dans la nuit par un chemin mauvais, du 13 mars au 14 avril 2014 au Théâtre de la Tempête.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s