QUEUE DE POISSONNE, Le Grand Parquet, 20 octobre

 Mise en scène Ilka Shönbein, manipulation et jeu Laurie Cannac, création musique Alexandra Lupidi

On retrouve avec  un plaisir mêlé d’angoisse, l’univers torturé d’Ilka Schönbein dans cette peinture terrifiante de La petite sirène d’après Hans Christian Andersen. Laurie Cannac émerge d’une barque en osier, se tord, se torture pour prendre une forme humaine, perdre sa queue de poisson pour séduire son beau prince. On ne sait où saisir la beauté de son visage, celle du prince, les remous de la mer, l’angoisse terrible de la perte d’un amour submerge le spectacle. La voix d’Alexandra Lupidi grimée en pirate emprunte toutes les voies, du chant lyrique aux chansons de matelot. Cette Queue de de poisson nous ramène aux souvenirs d’Andersen’s Dream de l’Odin Teatret vu au Théâtre du Soleil voilà quelques années. 

Le Grand Parquet jusqu’au 3 novembre, Jardins d’Éole 35 rue d’Aubervilliers, 75018, Tél 01 40 05 01 50  

    

 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s