LES AVEUGLES de Maurice Maeterlinck, mise en scène et scénographie de Daniel Jeanneteau

LES AVEUGLES (17) de Maurice Maeterlinck, mise en scène et scénographie de Daniel Jeanneteau, Studio Théâtre de Vitry, 27 janvier

 

Depuis bien longtemps, une telle émotion n’avait pu surgir d’un spectacle. C’était déjà l’un des textes de Maeterlinck Intérieurs, au Théâtre des Amandiers de Nanterre, voilà une trentaine d’années, dans une mise en scène de Claude Régy pour lequel Daniel Jeanneteau avait réalisé de nombreuses scénographies.

 

Nous pénétrons dans un brouillard épais dans la salle où des chaises de jardin sont disposées de manière éparse. En tâtonnant, nous parvenons à nous asseoir et à distinguer des voix qui s’élèvent de l’obscurité. Des fils sont suspendus, nous sommes faiblement éclairés par une dizaine de puits de lumière blanche, mais on n’y voit goutte. Une musique s’élève en même temps  que des chiffres. « Je veux savoir où nous sommes (…) quelqu’un le sait-il ? Nous avons marché longtemps, nous devons être très loin de l’hospice (…) Parlez, que j’entende où vous êtes (…) Ce n’est pas le moment de prier, vous prierez tout à l’heure au dortoir (…) Où est la folle et son enfant ? (…) Causons un peu en attendant le retour du prêtre, il devient trop vieux. Il nous faudrait un autre guide, lui-même n’y voit plus depuis quelque temps, il cherche le chemin. Où donc est-il allé ? »…

Un groupe d’aveugles a été abandonné en plein bois, leur guide, un prêtre est mort : « Quelle heure est-il ? Personne ne le sait. Moi je sais qu’il est tard quand j’ai faim et j’ai faim » (…) Moi je viens de très loin, d’un très grand pays, mes paupières sont fermées, mais je sens que mes yeux sont en vie (…) Nous ne savons pas où nous vivons (…) Il y a un mort au milieu de nous ! » Le prêtre qui guidait les aveugles est mort, ils sont promis à une disparition inéluctable. Seul l’enfant de la folle qui ne parle plus depuis son accouchement, continuera à voir, Il vagit.  Nous restons perdus parmi ces ombres indistinctes, dont on perçoit enfin les visages au salut.

Une quinzaine d’acteurs professionnels et amateurs, conduits par Daniel Jeanneteau et Jean-Louis Coulloch (merveilleux acteur qui ne joue pas dans ce spectacle) nous emmènent dans cet étrange voyage immobile. Nous mettons longtemps à revenir sur terre.

 

Les Aveugles seront présentés au Cent Quatre du 8 au 16 février, à la Scène Watteau de Nogent sur Marne les 14 et 15 mars et au Théâtre Jean Vilar de Vitry sur Seine les 11 et 12 avril 2014. 

 

 

 

Publicités

Une réaction sur “LES AVEUGLES de Maurice Maeterlinck, mise en scène et scénographie de Daniel Jeanneteau

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s