LE CARREAU DU TEMPLE OUVRE SES PORTES 27 avril

Le Carreau du Temple, ancien marché populaire où l’on a vendu et beaucoup marchandé des vêtements fabriqués par des artisans en grande majorité juifs ashkénazes, depuis le début du XIX siècle, avant que le prêt à porter venu de Chine ou d’Inde n’envahisse le marché européen, vient de faire peau neuve après des années de travaux : 6500 m2 au coeur du 3e arrondissement, 1800 m2 de halles, un auditorium de 250 m2, 2 studios de danse, un gymnase, un studio d’enregistrement, un bar restaurant, vont accueillir « une programmation sportive, événementielle et culturelle ». Ce quartier autrefois très populaire s’est beaucoup embourgeoisé, la grande halle cernée par de massifs vigiles autoritaires qui nous barrent les chemins interdits, est un beau cocon doré. Anne Hidalgo vient d’ inaugurer la veille ce bel édifice en traversant notamment le »1618 sustainable luxure » une exposition de meubles du futur très branchés. Mais heureusement le lendemain nous sommes conviés à assister à deux spectacles ancrés dans la réalité sociale conçus par deux grands artistes.

AUX CORPS PROCHAINS (65) Carreau du Temple 27 avril

Mise en espace de Denis Guénoun et Stanislas Roquette

Denis Guénoun, nous l’avions accueilli plusieurs fois au Théâtre Paul Éluard de Choisy le Roi avec son Attroupement qu’il dirigeait avec Patrick le Mauff : Le chapeau de paille d’Italie, Temps de guerre, temps de paix et surtout L’Énéïde, un spectacle de 7 heures en 1983. On se souvient du magnifique Printemps sur la Renaissance qu’il avait monté à Chateauvallon et après une expérience décevante de direction du Centre Dramatique National de Reims, il avait repris la philosophie à l’université, qu’il enseignait avec passion. Mais heureusement, le théâtre ne l’a jamais lâché et l’on a pu voir son Artaud Barrault au Théâtre Marigny, interprété par Stanislas Roquette devenu son complice de théâtre.
Une nouvelle aventure théâtrale commence avec Aux corps prochains, inspiré par une phrase de Gilles Deleuze « Nul ne sait ce que peut un corps ! ». L’équipe encore inconnue, rassemble professionnels et amateurs, acteurs et danseurs, il n’ont travaillé qu’une semaine pour une création qui sera accueillie dans un an au Théâtre National de Chaillot. Les six comédiens immobiles écoutent la voix de Deleuze : « Nous sommes des modes, des manières d’être. Peu d’auteurs comme Spinoza, ont cru à la manière d’être. » Sous la direction d’une coach qui dirige les mouvements, les acteurs se déploient autour de la piste « Très grand, tout petit, on prend le temps de refermer (…) il faut chercher le point d’équilibre (…)même si c’est plus vif, c’est du bien-être (…) transformer la fatigue dominicale en un bien-être d’après-midi. » Il y a des improvisations dansées individuelles après les mouvements de groupe sur les concertos brandebourgeois de Bach, des onomatopées, un chant africain, une danse collective. C’est encore Deleuze qui a le mot de la fin : « Je suis dans l’être et la manière ».
Denis Guénoun reprend la parole pour faire le point avec le public, à la fin de cette séance : « Nous mettons en danger ce que nous savons faire avec la chance de pouvoir partager sur une période longue en tentant de freiner le texte. Nous voulons travailler sur des langues inconnues, éprouver des surprises linguistiques en élaborant des improvisations sans texte. Notre corps est un lieu d’intelligence pure. Nous sommes lourds et nos corps deviennent légers. Nous avons travaillé 2 jours avec des philosophes sur Spinoza et Deleuze. Nous aurons plusieurs modules de 2 semaines pendant l’année avant la création à Chaillot en novembre. »

PORTRAIT CARREAU DU TEMPLE (66)

Cie Hendrick Van der Zee-HDVZ, mise en scène Guy Alloucherie

Guy Alloucherie avait créé le Ballatum Théâtre avec Éric Lacascade au début des années 90, un temps installé à Liévin (Pas de Calais). On se souvient notamment de Si tu me quittes, est-ce que je peux venir aussi ? Après une expérience infructueuse de quelques mois de codirection du Centre Dramatique National de Caen aux côtés de Lacascade, Guy Alloucherie retourne dans son Pas de Calais à Loos en Gohelle, pour y fonder HDVZ, du nom du Hollandais Volant. Il y déploie une activité soutenue de recueils de paroles d’habitants avec des veillées, des rencontres et des créations de spectacles singuliers : Voir dans ce blog Aimer si fort, troublant spectacle sur Angelica Lidell et la disparition des corons des mines vu à Évry le 27 mars dernier.
Ce Portrait Carreau du Temple a été élaboré en 3 jours à partir de recueils de paroles et de photos des anciens artisans du Carreau du Temple. De grandes photos sont projetées, un cycliste déploie des acrobaties périlleuses devant ainsi qu’à l’intérieur de l’écran, et 3 acteurs clament en direct certaines paroles entre deux enregistrements. On entend Manuel Charbit historien de la mode et du vêtement, évoquer ce lieu de la fripe depuis le début du XIXe siècle dans cette cour du marais industrieux. On évoque la disparition de nombreux marchands déportés par les nazis, un enfant a été sauvé par sa scarlatine, sa tante étant venue le voler à l’hôpital. On voit une mère, seule Goy du Carreau, des photos de jeunes d’aujourd’hui sur les pas de portes de leurs appartements, des portraits de vieux habitants impliqués dans les associations du quartier. Et pour terminer cette salutaire restitution, on évoque le combat de Christiane Faure à la libération : « L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu ! ». Espérons que les bobos qui ont envahi le quartier, ne confisqueront pas ce bel équipement à leur seul profit.

Le Carreau du Temple 4 rue Eugène Spuller 75003 Paris. http://www.carreaudutemple.eu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s