DES ANNÉES 70 À NOS JOURS (Triptyque) Collectif In Vitro, Festival d’Automne au Théâtre Gérard Philipe de Saint Denis

Mise en scène Julie Deliquet

Le Collectif In Vitro créé en 2009 par Julie Deliquet avait créé Deniers Remords avant l’Oubli de Jean-Luc Lagarce en 2009, dans le cadre du concours Jeunes metteurs en scène du Théâtre 13, qui avait remporté le prix du public. En 2011, c’est le théâtre de Vanves grand révélateur de talents artistiques qui avait accueilli salle Panopée la Noce de Brecht présentée en 2013 au Cent Quatre dans le cadre du Festival Impatience, puis ce triptyque qui faisait ses premiers pas. Trois spectacles dans l’histoire, du début du siècle à nos jours, trois auteurs,  Bertolt Brecht, Jean-Luc Lagarce, et In Vitro auteur collectif. 5 heures de spectacle autour de la table, pendant lesquelles nous ne décrochons pas une minute.

LA NOCE  de Bertolt Brecht

Un mariage dans la petite bourgeoisie au début du XXe siècle. La mariée en blanc s’affaire autour de la table, on sert les invités avec force bouteilles de vin dans le plus grand désordre. Le père monopolise la parole en racontant l’agonie du vieil oncle mort dans le lit qu’il aurait voulu donner aux jeunes époux. On l’écoute d’une oreille distraite, mais il recommence à en raconter d’autres plus sinistres encore. Heureusement les invités décident de danser, on déménage la table et chacun des nouveaux époux se lance dans une exhibition chorégraphique presque indécente avec un autre partenaire. Mais les invités doivent aller admirer le mobilier entièrement construit par le marié qui a même fabriqué la colle. D’abord l’armoire qui ne s’ouvre plus, puis les chaises, les fauteuils et même la table s’effondrent au fil de la soirée.  Les réflexions perfides fusent, on apprend que la mariée immaculée est enceinte ! Il est 21 h,  tout le vin est bu et les invités s’en vont les un après les autres. Les deux époux n’ont même plus de lit pour s’étendre, ils restent debout au fond du plateau dans une étreinte improbable. Le très grand naturel des acteurs nous intègre dans l’action, nous sommes aussi des invités.

DERNIERS REMORDS AVANT L’OUBLI  de Jean Luc Lagarce

Un couple des années 70 qui s’est séparé, se retrouve 17 ans plus tard dans une maison familiale de province, habité par un frère qui l’occupe. Il faut vendre pour tourner la page, mais où ce dernier va-t-il bien pouvoir aller ? Il est prof de 5e dans un collège des environs pour un salaire dérisoire, il n’entend pas déménager. Les vieilles blessures familiales oubliées se rouvrent au cours du repas improvisé qui n’apportera aucune solution  malgré les bouteilles de vin qui se succèdent. Tout le monde repart sans solution, la soeur furieuse va retrouver son notaire.

NOUS SOMMES SEULS MAINTENANT, Création collective

C’est le point d’orgue de cette soirée tricotée par les 12 acteurs. Nous sommes dans une campagne profonde, un couple vient d’acheter une maison encore peu hospitalière, pas de chauffage, pas de transports à proximité, ils ont invité leurs amis parisiens pour une crémaillère. Le mari s’extasie, son voisin est agriculteur, il veut changer de métier pour l’aider et suit une formation agricole sans pour autant en avoir la fibre. Les invités ont froid, mais il faut enlever son manteau pour mieux apprécier la campagne. La femme de l’hôte découvre en même temps que les invités, le projet d’installation définitive, elle ne souhaite pas abandonner son travail à Paris. Bulle, leur fille adolescente silencieuse observe ses parents, elle écoute le récit de ses parents partis en Amérique du Sud où elle est née dans les années 70, pour faire la révolution . L’ ami sud-américain lance un jeu avec des petits verres de liqueur qui permettent à chacun de poser une question au convive de son choix. On boit, on boit, on mange un peu et la soirée se termine dans la désillusion du mari qui ne s’avère pas très doué pour l’agriculture. Son voisin qui vient de partir, lui a donné rendez-vous  à 6 h 30 du matin !

Une très grande fresque théâtrale de notre temps !

Théâtre Gérard Philipe de Saint Denis jusqu’au 12 octobre, Tél 01 48 13 70 00

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s