HULLU Théâtre de Châtillon, Festival MARTO, 5 décembre

Blick Théâtre, auteurs et interprètes Loïc Apard, Joanna Ehlert et Mathieu Siefridt, mise en scène Dominique Habouzit, manipulatrice Élise Nicod

Hullu signifie fou en finnois ! le Blick Théâtre qui se confronte depuis 1999 à l’anormalité, pose des questions sur la norme. Le spectacle s’ouvre sur un trio assis sur un banc, une fille entre deux garçons, elle contorsionne ses jambes d’une façon étrange, ils ne cessent de les remettre en place, l’empêchent de faire le moindre geste. Une marionnette surgit derrière eux, une corde tombe des cintres, elle tente de l’attraper, impossible et les cordes ne cesseront de tomber pendant tout le spectacle, sans que jamais elle ne parvienne à s’y suspendre. Il y a aussi une assiette qui surgit, les garçons l’empêchent de s’en emparer. Un mur de grands cartons s’édifie d’une façon quasi magique, une petite marionnette pousse le tas. De petits personnages mi humains, mi marionnettes opèrent des figures digne de Jérôme Bosch. On ne parvient pas à comprendre comment de si petits membres, de si petites têtes peuvent surgir et faire bouger le corps des trois acteurs. Il y a une poésie bouleversante dans ce chamboulement entre le vrai et le faux qui nous menace tous.
Après La Monstrueuse… et Court Miracle créé en 2006, qui tourne toujours, le Blick Théâtre installé à Toulouse, continue à s’interroger sur la monstruosité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s