LE BOULEAU LA VIGNE ET LE CERISIER Tchernobyl Fukushima, Maison de l’Arbre de Montreuil 15 mars

Compagnie Brut de Béton, conception Bruno Boussagol

Bruno Boussagol a développé à partir de 1979 une action originale en Auvergne, créant un festival à Billom où ont été invitées les plus grandes compagnies de rue, développant des ateliers à l’hôpital, réalisant des spectacles fracassants , on se souvient notamment de Women 68 qu’il interprétait avec 2 autres comédiens. Il a développé depuis des années un travail fondamental avec des enfants à l’hôpital du Puy en Velay.   À partir de 2002, il s’aventure en Ukraine  à Tchernobyl sur les lieux de la catastrophe nucléaire où il réalisera plusieurs spectacles importants qui seront présentés en France.

Le bouleau la vigne et le cerisier, ce sont 3 jours de rencontres autour de cette recherche fondamentale sur« « la part d’horreur que la démocratie produit ». D’abord un parcours dans une exposition de  petites photos de Tchernobyl, réalisées par Véronique Boutroux. Nous suivons la comédienne qui commente simplement le massacre des ouvriers appelés à couvrir la centrale nucléaire, les « 2000 liquidateurs » pour la plupart rapidement décédés dans les mois qui ont suivi, et le million d’autres qui ont été appelés à y travailler par la suite. Les conséquences sont incalculables, on ne peut évaluer ce qui se passera pour la population qui continue à habiter à proximité de la centrale, même à Kiev, situé à 90 km. Nous suivons la visite dans un silence de plomb.

Bruno Boussagol présente ensuite Le Sacrifice, film de Wladimir Tcherkoff, retraçant en direct les impossibles travaux pour couvrir la centrale qui commence à se fissurer après 30 ans. Puis une reprise d’une adaptation de « Elena ou la mémoire du futur » d’après Svetlana Alexeïevitch interprété par Nathalie Vannereau debout près d’un arbre lumineux au sein de 270 photos de liquidateurs avec leur dates de naissance et de mort. Nous sommes pétrifiés dans le plus grand silence. Enfin un débat avec 2 journalistes du Monde Diplomatique qui vivent en Ukraine donnait un éclairage peu réjouissant aux perspectives sanitaires de la région et même de notre Europe bien mal protégée elle-aussi. Pas d’organisation sur la santé avec la déliquescence des structures d’état, c’est le seul pays d’Europe où le sida et la tuberculose augmentent, les contrôles statistiques sont improbables. En Ukraine,  le problème nucléaire n’existe pas, aucun débat sur Tchernobyl toujours sous contrôle russe, où vivent encore 3 millions d’habitants. À Mariopol impossible de mettre en place un plan de modernisation à cause de la guerre ! Le zones contaminées attirent les gens pauvres qui se réfugient dans les maisons abandonnées et se nourrissent dans les forêts contaminées ! L’âge moyen du décès des liquidateurs se situe entre 42 et 46 ans !

On peut saluer ce courageux travail de Brut de béton qui continue à aller régulièrement en Ukraine.

http://www.brutdebeton.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s