LIBERTÉ DE SÉJOUR Le Channel de Calais 21 au 22 mars

Manifestation artistique humaine et inattendue concoctées par le Théâtre de l’Unité.

Depuis décembre 2007, date de l’inauguration du Channel, magnifique lieu aménagé dans les anciens abattoirs de Calais, par Patrick Bouchain et François Delarozière, Francis Peduzzi directeur de la plus dynamique scène nationale de France confie à une compagnie un budget conséquent, pour inventer pendant trois semaines un événement qui résonne dans toute la ville. Après le Teatro delle Ariette, Laïka troupe flamande, De rien merci, Delarozière, Étienne Saglio, Claire Dancoisne et les Colporteurs, c’est le Théâtre de l’Unité qui vient de prendre en charge ces dernières Libertés de Séjour. Avec leurs brigades d’interventions théâtrales venues du Niger, d’Haïti, d’Italie, de Franche Comté, des reprises de 2500 à l’heure, d’Oncle Vania à la campagne et Macbeth toujours au répertoire, des films, la conférence gesticulée de Franck Lepage pendant 4 heures, celle des Pinçon Charlot sur la violence des riches et un parcours d’art fermier dans la cour du Channel, leurs Libertés de séjour s’achèvent après une nuit unique le 28 par des adieux surprise au Channel le 29 mars.
D’abord cette brigade italienne avec Licenziata jamais vue en France, ils sont habillés de rouge comme toutes les brigades, évoluent d’un pas martial sous la direction de leur interprète. Ils viennent de Faenza, d’une usine qui a délocalisé sa fabrication pour aller fabriquer moins cher ailleurs. Les ouvrières se sont battues, elles ont résisté longtemps, un stage avec le Théâtre de l’Unité les ont aidées à tenir. Elles ont poursuivi longtemps leurs luttes. Le théâtre se poursuit ailleurs en Italie, la majorité n’a jamais retrouvé de travail.
Après la brigade du Niger avec le Hériss, nous partons avec la totalité des brigades, ils sont une soixantaine habillés de rouge, pour une jungle de Calais, où des migrants sont hébergés dans un immense dépôt d’ordures, autour d’un grand hangar qui abrite des bâches improbables. Nous ne pouvons nous empêcher de sangloter à la vue de cette inhumanité féroce. Depuis la destruction de Sangatte il y a 5 ans, qui hébergeait les migrants dans des conditions décentes, seules les associations humanitaires portent secours à ces jeunes migrants qui tentent l’impossible pour nourrir ces jeunes gens tentant de passer en Angleterre en se cachant au péril de leurs vies dans des camions. La brigade défile dans le plus grand silence, en rythme, les migrants qui se rapprochent sont heureux de cette visite amicale. Il semble n’y avoir ni toilettes, ni point d’eau, ni restauration, mais ceux que nous voyons paraissent propres et bien habillés ! Ironie du sort, la camionnette du Théâtre de l’Unité a été fracturée dans la nuit du 27, ils ont dû porter plainte pour l’assurance et le coupable s’est retrouvé en prison !
Le lendemain, la conférence gesticulée où Franck Lepage, un arrosoir et une carotte à la main, nous explique qu’à présent il habite en Bretagne où il cultive des carottes. Il a arrêté de croire à la dé-mo-cra-ti-sa-tion culturelle car « le pauvre est une espèce qui résiste à la culture ». Il souhaite transformer une aliénation culturelle en jubilation collective. « Le ministère depuis 60 ans nous fait croire à la démocratie. Il n’y a plus un métier aujourd’hui, il y a des compétences, le management, du savoir être, de la merde. Il a abandonné « l’art comptant pour rien » après avoir contacté après bien des difficultés mademoiselle Christiane Faure qui avait été en charge de l’Éducation populaire entre 1942 et 1944 dans la Résistance. On pense avec des mots, nous sommes passés du terme exploités à celui de défavorisés ! Franck Lepage domine à merveille la langue de bois du ministère de la Culture où il a longtemps travaillé, il nous fait exploser de rire.
Après la Brigade Haïtienne qui se convulse dans un étonnant délire théâtral funéraire, ils enferment une spectatrice dans son cercueil, nous pouvons aller nous restaurer dans le chaleureux lieu du Channel pendant que le Théâtre de l’Unité part dans le froid jouer Macbeth en forêt, vu déjà 3 fois.
http://www.lechannel.org

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s