IMPRESSIONS D’UN SONGE Salle de répétitions du Théâtre du Soleil Cartoucherie de Vincennes, 15 mai

D’après Calderon, mise en scène Alexandre Zloto TAFThéâtre, 15 mai

Alexandre Zloto, nous l’avions découvert avec bonheur en 2003, à la tête du Festival Premiers pas, Enfants de Troupes qu’il avait organisé sur la demande d’Ariane Mnouchkine au Théâtre du Soleil. Le différentes éditions qu’il a organisées sous chapiteau, au Théâtre de l’Épée de Bois et au Théâtre du Soleil nous ont offert de belles surprises. Il est aussi metteur en scène et non des moindres, à la tête d’une vraie troupe son TAFThéâtre. Après Macbeth en 2003, L’appartement de Zoïca de Boulgakov en 2004 et Les légendes de la forêt viennoise, Alexandre Zloto avait monté Il taut vivre, nous allons vivre, d’après diverses pièces de Tchekhov avec une trentaine d’acteurs issus de la promotion 2014 de l’École Claude Mathieu qui l’a lui-même formé. Une soirée de véritable jubilation dans ce lieu de ferveur théâtrale !

Pour préciser la transformation du titre de La vie est un songe écrit par Pedro Calderon de la Barca en 1635, Alexandre Zloto note en exergue : « Impression 1 (imprimerie) Action par laquelle une chose appliquée sur une autre y laisse une empreinte, 2 (figuré) Effet qu’une cause quelconque produit dans le coeur ou dans l’esprit. Effet global que donne quelque chose ou quelqu’un. ».

Sur un plateau nu, avec de beaux effets d’un grand velum qui se relève pour les entrées majestueuses du roi et de sa cour, 7 acteurs se multiplient pour faire vivre le calvaire du jeune Sigismond fils d’un puissant roi, dont la naissance accompagnée de funestes prédictions sur son devenir, avait provoqué la mort de sa mère. Il a été maintenu enchaîné dans une tour sous la garde du fidèle Clothalde, mais son père pris de remords décide de lui faire vivre une journée princière pour observer son comportement. Il retournera à ses chaînes si les prédictions se réalisent. Rendu fou par son nouveau pouvoir, Sigismond tente de violer les femmes qui lui résistent, d’assassiner son père qui lui ouvre les bras, ainsi que Clothlade qui tente de le ramener à la raison. On lui dit qu’il a rêvé, on le ramène dans sa tour. La troisième partie le voit revenu à la raison, sous le charme d’Étoile fille elle aussi abandonnée par son père Clothalde, qui vient de la reconnaître une fois qu’elle a quitté son déguisement d’homme. Interprété par une troupe soudée avec une grande maestria, cette pièce compliquée devient lumineuse et tout est bien qui finit bien. Sigismond épousera Étoile,, Rosaura Astolphe. Une grande troupe à ne pas manquer.

Théâtre du Soleil, Cartoucherie jusqu’au 14 juin, du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h, location 01 43 74 24 08

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s