DES COW-BOYS Théâtre Ouvert 18 mai

Mise en espace de et par Sandrine Roche, avec Pedro Cabanas, Pierre-Félix Gravière, Conchita Paz, Sandrine Roche, musique de Fred Costa
Sandrine Roche, auteur, comédienne, a accompagné Barthélémy Bompard et Kumulus comme chargée de production. Elle avait réalisé avec cette compagnie Itinéraire sans fond en 2002, spectacle mémorable. Elle a obtenu plusieurs aides du CNL en 2005, du CNT en 2013, de France Culture en 2010. Plusieurs de ses textes ont été édités après son installation à Rennes. Elle a créé en 2008 l’association Perpective Nevski avec laquelle elle réalise des travaux de plateau autour de son écriture, notamment Des cow-boys en cours d’élaboration.

Sandrine Roche avait assisté en 2012 à un règlement de comptes marseillais, elle en a tiré ce quatuor d’adultes s’entraînant à la loi du plus fort. On entend des galopades des bruits de jeux d’enfants. 4 adultes sont assis autour d’une table, l’un d’eux avec un fort accent étranger raconte son expérience : « Si tu dis d’où tu viens, tu es fichu, j’ai craché, quand tu craches, tu es un homme, on te respecte ! (…) Tout le monde a un trou pour se réfugier en cas de problème (…) les gens meurent de faim, ils tendent la main et on les parque (…) Comment peut-on vivre dans un trou ? «  Accompagnés par un bruiteur musicien et des projections, les comédiens brossent notre monde en déroute, tableaux poignants dans la première partie, mais trop longs car répétitifs dans la deuxième où le héros réfugié dans son trou reprend le même texte sans accent. Il faut encore attendre la réalisation finale de ces Cow-boys qui traitent d’un sujet capital à notre époque.
Théâtre Ouvert lundi, mercredi, vendredi à 20 h mardi à 19 h, samedi à 16 h jusqu’au 23 mai 2015, tél 01 42 55 74 40
Mise en espace de et par Sandrine Roche, avec Pedro Cabanas, Pierre-Félix Gravière, Conchita Paz, Sandrine Roche, musique de …

Pour Sandrine Roche.
Edith, je trouve ta critique trop dure, elle ne met pas assez en valeur les qualités d’écriture de Sandrine Roche.
Certes le début est trop long (il manque une scène de lancement) et le retour du discours de « l’étranger » sur le « crachat » ne s’impose peut-être pas.
Mais l’écriture ce SR est forte, nerveuse, par moments elle a la puissance de Koltès et Genet, elle ose s’aventurer hors des mots battus et rebattus, elle prend racine dans le langage des jeunes. La fable n’est pas encore au point, le destin de « Maranes » (allusion aux juifs marranes du Portugal, convertis de force ?) n’est pas clair, et il manque un versant féminin à la figure de ce Marane (les exemples pourtant ne manquent pas, à Calais, dans les camps de Roms et ailleurs). je en développe pas, il faudrait maintenant que je lise le texte.
Bref, SR est une vraie auteure, à cause de sa langue, de ses mots, de ses tournures, de ses réparties. Elle n’est pas encore au point pour la construction d’une fable.
Je suis curieux de voir maintenant la mise en scène qu’elle prépare (ce n’était qu’une mise en espace). L’inventivité dans les gestes sera je l’espère à la hauteur de l’inventivité de sa langue. René Gaudy

Approuver Corbeille | Marquer comme Indésirable

More information about René Gaudy

IP: 90.61.7.202, AAubervilliers-653-1-248-202.w90-61.abo.wanadoo.fr
E-mail : renegaudy6@orange.fr
URL:
Whois : http://whois.arin.net/rest/ip/90.61.7.202

Merci d’avoir choisi WordPress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s