ANTI-NELSON RODRIGUES Teatro Glaocio Gil, , Rio de Janeiro, 1e août

De Nelson Rodrigues, mise en scène Bruce Gomlevsky

Un fils de famille chez sa mère, il s’empare de ses bijoux, elle le surprend, le somme de rendre son larcin. Mais attendrie par ce fils chéri, le lui restitue et va jusqu’à lui offrir le collier, les bagues et les boucles d’oreille qu’elle porte. Une fille qui rend visite à son vieux père en train de se faire servir son dîner, par une servante noire elle le cajole, s’assied sur ses genoux, le fait manger comme un bébé. Les parents du jeune homme dans leur appartement bourgeois, le père se vante, puis inexplicablement exhibe sa nudité grassouillette. Une succession de tableaux boulevardiers, interprétés par 9 acteurs qui réunira les familles des jeunes gens dans un mariage attendu.
Du théâtre de boulevard un peu suffisant qui nous déçoit quelque peu, nous ne partageons pas l’enthousiasme de la salle. Écrite en 1974, Anti-Nelson Rodrigues n’est pas une pièce majeure de cet auteur célèbre d’une vingtaine de pièces, et de nombreuses autres oeuvres, dont Valse n°6, vue en France. C’est l’avant dernière représentation d’une série qui s’achève, toujours financée par des fonds privés, dont on donne la liste au début de la représentation.
.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s