DEUX AMPOULES SUR CINQ Maison des Métallos 18 septembre

Librement inspiré des notes sur Anna Akhmatova de Lydia Tchoukouvskaï par Isabelle Lafon et Johanna Korthals Altes, production les Merveilleuses.

Découvertes il y a plusieurs années au Théâtre Paris Villette dans un premier spectacle sur Anna Akhmatova, ces deux insoumises font merveille dans ce spectacle sur cette poétesse russe majeure disparue en 1966, dont la voix a été préservée au travers des crimes du stalinisme, grâce à l’amitié entre ces 2 femmes. Lydia Tchoukouvskaïa poétesse interdite de publication en 1922, son fils est dans les camps, son mari a été arrêté et fusillé, sans qu’elle en ait été informée, rend visite en 1938 à Anna Akhmatova poétesse célèbre et aussi interdite. La poésie les tient debout et puisque l’on ne peut publier ni même prendre le risque de conserver des écrits, Lydia apprend par coeur les poèmes d’Anna.

On nous distribue à l’entrée des lampes électriques que nous devons braquer sur le plateau pour apercevoir les conciliabules restés cachés aux oreilles du stalinisme. Malgré l’horreur de la situation, la force de cette amitié pour préserver la poésie au delà de l’horreur s’impose. Autour d’une table dan la pénombre, devant une pile de livres, les conversations vont bon train, les vieilles oreilles peinent parfois à percevoir les échanges, tant mieux pour l’absence de micros, mais il faudrait forcer la voix
.
Maison des Métallos jusqu’au 27 septembre, du mardi au samedi à 20 h, samedi à 19 h, dimanche à 16 h, Tél 01 47 00 25 20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s