LE NANGYAR KUTHU Maison des Culture du Monde, 10 octobre

Akura ganaman ou Le voyage d’Akura par Kapila Venu (Kerala Inde).

Établi vers le 2e siècle dans un traité des arts du spectacle, le Natya shastra définit les principes du théâtre indien, les règles de la prosodie et de la diction, les types de personnages, la représentation des sentiments et les gestes. Il n’y a pas moins de 67 mudra (gestes des mains) et 36 abhinaya (expressions du visage) peu perceptibles pour le néophyte, mais absolument fascinantes.

Kapila Venu danse presque immobile sur son tabouret entourée de 3 tambours ( 2 mizhavu et 1 edakka) debout derrière elle, frappant à un rythme vertigineux. Saritha les accompagne au talam, petites clochettes subtiles et chante par moments. L’épopée retrace la vengeance de Krishna que son oncle Akura avait voulu déposséder et qui sera sauvé par Vishnou.Un banc de surtitrage nous aide à suivre l’évolution de l’épopée. Inutile de dire qu’il est impossible d’en relater l’évolution, mais seulement de relater la puissance du raffinement de cette culture. Costume chamarré pour Kapila, les tambourinaires torse nu, la chanteuse moins proche des dieux, on vit un rêve éveillé, on se sent démuni devant notre ignorance.

Le voyage d’Akura samedi 10 octobre à 19 h
La mort de Kamsa dimanche 11 octobre, Tél 01 45 44 72 30
Festival de l’imaginaire, Maison des Cultures du Monde

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s