BY HEART Théâtre de la Bastille 18 janvier

De Tiago Rodrigues,  Compagnie Mundo Perfecto Teatro Nacional D.Maria II Lisbonne

Tiago Rodrigues, directeur artistique du Teatro Nacional D Maria de Lisbonne aime le travail collectif. Après avoir travaillé avec la compagnie belge TG STAN, il a créé et interprété plusieurs spectacles dans une quinzaine de pays, dans de nombreux festivals (notamment le Kunsten festival des art et le Festival d’Automne à Paris). Avec sa compagnie Mundo Perfecto il a créé une trentaine de pièces entre 2013 et 2014 !

By Heart c’est la grand mère de Tiago Rodrigues la source de cet étrange spectacle. Amoureuse des livres qu’elle ne pouvait plus lire puisqu’elle perdait la vue, cette grand mère en fit don à son petit fils et se mit à apprendre par coeur les textes qu’elle voulait garder. Tiago Rodriguès est assis sur un tabouret, 10 chaises en demi cercle autour de lui, à ses pieds, 3 cageots de livres de sa grand mère : « Je suis allergique au théâtre impératif, il faut apprendre un texte par coeur ! » . Il évoque le congrès des écrivains soviétiques de 1937 avec Jdanov, où les écrivains tombaient comme des mouches, et la seule solution pour préserver des écrits interdits, les apprendre par coeur, comme l’avait fait Nadejda Mandelstam avec les oeuvres  interdites de son mari. assassiné. 10 spectateurs sont convoqués sur les chaises  pour apprendre par coeur les 14 vers du sonnet 30 de Shakespeare, qu’ils doivent réciter intégralement au terme de la représentation

« Quand je fais comparoir les images passées

Au tribunal muet des songes recueillis

Je soupire au défaut des défuntes pensées

Pleurant de nouveaux pleurs les jours trop tôt cueillis.

Des larmes oublieux, mon oeil alors se noie

Pour des amis celés dans la nuit de la mort,

Rouvre le deuil de l’amour morte et s’apitoie

Au réveil sépulcral des intimes remords.

Je souffre au dur retour des tortures souffertes,

Je compte d’un doigt las de douleur en douleur,

Le total accablant des blessures rouvertes

Et j’acquitte à nouveau ma dette de malheur.

Mais alors si mon âme, Ami vers toi se lève

Tout mon or se retrouve et tout mon deuil s’achève.

Les 10 spectateurs se livrent de bonne grâce aux répétitions assidues auxquelles il sont soumis par Tiago Rodrigues et finissent en  le récitant péniblement à la fin du spectacle. Un exercice salutaire !

Théâtre de la Bastille jusqu’au 28 janvier à 19 h 30, Tél 01 43 07 42 14

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s