SAMANTHA À KINSHASA Maison des Parents, Cité Étoile à Bobigny

Texte de Marie-Louise Bibish Mumbu, lecture musicale mise en scène par Catherine Boskowitz, avec Alvie Bitemo comédienne chanteuse et Benoist Bouvot musicien.

La MC 93 de Bobigny est encore une fois en travaux et se décentralise dans les quartiers. Au bout d’un long chemin en métro et en tramway, on trouve cette minuscule maison des parents, près de l’hôpital Avicenne, les passants s’empressent de nous guider. Quelques professionnels perdus de vue sont arrivés, et bientôt la salle se remplit de mamans voilées avec leurs petits enfants très calmes avec leurs tétines. Pour une fois un vrai public des plus jeunes. Hortense Archambault, la nouvelle directrice  de la MC 93, a pris un enfant sur ses genoux.

Alvie Bitemo psalmodie le parcours d’un enfant de Kinshasa qui tente d’oublier « les mochetés de la vie, d’inventer un pays sans frontières (…) les rébellions et les invasions ont tout changé ». Elle imite Kabila, ce qui fait rire les enfants, parle des ouvriers qui n’ont pas vu la couleur de leurs salaires depuis des mois, évoque les 100 dollars qui font briller les yeux des enfants soldats quand il se laissent recruter. Un long poème musical qui nous plonge encore une fois dans l’horreur de la guerre, mais qui clame une belle force de vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s