POP, PUNK ET REBELLE Espace Culturel au coeur des Pâquis Genève

Conception Latifa Djerbi, Sage homme Jacques Livchine, direction d’acteurs Fanny Brunet, avec la brigade poétique Pâquisarde et l’Ensemble vocal Hors la Voix.

Depuis plusieurs années, Jacques Livchine accompagne les solos de Latifa Djerbi, comédienne française d’origine tunisienne en voie d’acquérir la nationalité suisse qui a été plusieurs années en résidence au Théâtre Saint Gervais.

Cette fois, c’est un voyage poétique au coeur du quartier des Pâquis, quartier populaire autour d’un temple qui sert de refuge auxquels participent une douzaine de comédiens musiciens dont de nombreux immigrés.

Nous attendons Latifa devant une petite boutique qui finit par ouvrir ses portes. Nous nous entassons pour l’écouter se présenter : « J’ai fait un choix, ne pas mettre en chantier un nouveau one woman show ». Elle suce un tube de harissa. « J’ai fait un stage d’écriture à Lausanne. Latifa, tu as un ego énorme. La dévalo, c’est quand tu ne te sens pas respectée, entre un ego et la dévalo, la passerelle c’est l’art ! » Elle sort et rentre avec un sac. « J’ai envie de me donner, que l’argent revienne aux gens. J’ai entendu dire que nous les arabes, on volait le pain des Français (…) Je vais faire un acte psycho pédagogique, je vais faire du pain ! » Et la voilà qui se déchaîne dans des nuées de farine à pétrir le pain en mélangeant les farines blanche et sarrasin en racontant avec humour ses efforts pour acquérir la nationalité suisse. Elle met son pain à cuire, à la sortie elle nous en distribue « le pain s‘est multiplié, c’est un miracle !  L’acte psycho-magique a marché au delà de mes espérances ! ».

Nous sortons pour une promenade poétique dans le quartier, avec Benjamin Fondane clamé par Fanny Brunet, Henri Michaux par Catherine Fornal, la petite chorale de Noémi, J’aime pas les gens d’Aragon par un comédien Kosovar, les poème dits par Laurent l’homme dans l’arbre, 26 acteurs issus de 7 pays… Nous terminons avec un délicieux tajine de légumes dressé en quelques minutes devant le temple, des tables dressées en quelques minutes, devant un orchestre sur les marches du temple. C’est la loterie Romande qui finance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s