TCHERNOBYL MAISON DE L’ARBRE DE MONTREUIL 25 avril

Soirée organisée par Bruno Boussagol Brut de Béton Production.

Pour le 20e anniversaire de l’explosion de l’usine atomique de Tchernobyl en Ukhraine, Bruno Boussagol reprend en 2e partie L’Impossible Procès créé voilà 4 ans vu dans une salle de la mairie écologiste du 12e arrondissement. Il a arpenté à plusieurs reprises ces lieux du désastre qui nous menace et réalisé de nombreux spectacles et expositions, notamment celle présentée à la Maison de l’Arbre l’an dernier.

Nous somme peu nombreux, pas plus d’une trentaine plutôt âgés dans cette immense Maison de l’Arbre aux gradins spartiates. la soirée s’ouvre sur un solo de la compagnie KL, un solo clownesque de Pierre Riberolle, jongleur : 45° SANS EAU. Il a participé à la fondation du Forum mondial contre le nucléaire.

Le Docteur Fastoche arrive en blouse, traînant une petite valise, présente son petit ours Kapusch et se présente comme spécialiste de l’énergie atomique. Sur les 3 trépieds disposés autour de lui il présente la fission des protons par bombardements de neutrons à une vitesse sidérante. Il évoque les découvertes de Pierre et Marie Curie, propulsion, explosion, récupération en jonglant. « Niveau 1 à 4, les gouvernements ne disent rien à la population ». En 1932 Otto et Hans découvrent la radioactivité artificielle, en 1942 on crée la première pile atomique. 312 bombes font 40 000 morts. Il prend des cobayes pour visiter la centrale, rappelle l’appel d’offres de Veolia pour fabriquer des éoliennes bien peu fiables. En France on construit l’E.P.R., un réacteur pressurisé européen. Les catastrophes advenues et celles que nous allons subir, c’est la faute à qui ? Il vaut mieux en rire si ça rate, mais le pire est à venir.

En 2e partie L’IMPOSSIBLE PROCÈS

Nous sommes devant une salle du tribunal correctionnel de Clermont Ferrand, le président et la procureure en toges, comme l’avocat de Monsieur de Pressac, inculpé méprisant et silencieux, jugé pour un accident survenu à la suite de l’explosion de la centrale nucléaire de Blayais, près de Mérignac, causé par l’écrasement d’un avion qui a fait 40 000 victimes le 30 novembre 1996. La procureur charge l’inculpé avec violence : « Pourquoi avoir installé une centrale nucléaire à 50 km de l’aéroport de Bordeaux Mérignac ?. ». L’avocat élude sans cesse « l’accident de Tchernobyl était hautement improbable » On évoque les évacuations, pourquoi n’a-t-on pas évacué Bordeaux ? L’avocat répond en faisant allusion au CIIPF, coefficient d’indépendance et d’indiscipline de la population française ! On distribue des pastilles d’iode, il n’y en a qu’une pour 60 habitants.

François de Pressac, magistral Boussagol, sort de son mutisme arrogant pour faire l’éloge de l’industrie nucléaire : « Pendant 50 ans l’énergie nucléaire nous a procuré l’électricité la moins chère. En 2050 nous serons 9 milliards. Aucune victime directe en un demi siècle (…) Le démantèlement des centrales coûterait 38 milliards…Au terme de l’intervention péremptoire et odieuse de de Pressac qui termine par « mon royaume durera 100 millions d’années », la procureure, le juge et l’avocat se sont endormis.

2 autres soirées consacrées à Tchernobyl auront lieu les 26 et 27 avril à la Maison de l’Arbre rue François Debergue, 93100 Montreuil les 26 et 27 avril, Tél 01 48 70 00 76

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s