QUATRE VINGT TREIZE Festival d’Aurillac 19 août

D’après Victor Hugo par La Grenade compagnie Lyonnaise.

Arrivés en retard, nous entendons la Marseillaise chantée avec le public. Nous sommes le premier jour de juin 1793 en Vendée, nous assistons à un interrogatoire , les Vendéens chantent la Vendéenne. « Fusillez les blessés, les prisonniers ! ». Un mois plus tard, c’est la revanche républicaine, tout est consanguin, on chante « Ah, ça ira, les aristocrates à la lanterne, sache qu’il faut faire la guerre … ». On recherche les enfants enfermés, on les trouve, on les protège. Au cours d’un procès « Si on guillotine les gens parce qu’ils ont fait de bonnes actions, alors guillotinez-moi (…) craignez que la terreur ne soit la calomnie de la Révolution, il faut que le droit entre dans la loi ! ».

Interprété par une équipe dynamique de 5 comédiens qui jouent tous les rôles, nobles comme sans culottes, ce texte de Victor Hugo fait retentir la nécessité d’une solidarité humaine par delà les clivages politiques.

lagrenadegraintheatral.wordpress.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s