DUC DE GOTHLAND Théâtre de l’Épée de Bois, Cartoucherie de Vincennes, 7 septembre

De Christian Dietrich Grabbe, mise en scène Bernard Sobel, décor de Lucio Fanti, lumières de Vincent Millet.

Nous n’avions pas vu de mise en scène de Bernard Sobel, depuis quelques années, lui qui avait accompagné nos plus belles années de théâtre avec son Ensemble Théâtral de Gennevilliers. De nombreuses protestations s’étaient élevées auprès de Fleur Pellerin, au moment où le Ministère de la Culture avait annoncé la suppression de sa subvention d’ancien directeur de Centre Dramatique National. Après avoir réalisé près d’une centaine de mises en scène et non des moindres, il est en résidence pour 3 ans au Théâtre de l’Épée de Bois qu’il ouvre avec une pièce visionnaire, vieille de près de 2 siècles.

Dans un décor étonnant de sapins renversés suspendus aux cintres, une guerre se dénoue, le souverain blessé meurt. Un nègre interprété par l’étonnant Denis Lavant va intriguer pour mettre à mal sa succession, en tirant les ficelles auprès de la famille royale. Le fils du Duc va recevoir les couronnes de Suède et de Finlande. Le nègre veut punir la famille royale, il fait croire à Théodore duc de Gothland que son frère, mort de maladie, a été assassiné par son autre frère. Fureur du souverain qui va exécuter le soit disant coupable, répudier sa femme, rejeter son fils qui refuse d’épouser celle qu’il lui a destinée. Ce Théodore, bon fils, époux attentionné, père attentif, devenu monstre sanguinaire sous la pression maléfique du nègre, devient à la fin du spectacle un vieillard agonisant qui se repent, quand il découvre le maléfice dont il a été le jouet.
Servi par une distribution efficace de 14 comédiens, dans un décor et des lumières complices de l’équipe de Bernard Sobel, ce Duc de Gothland est révélateur des dérives de nos sociétés complices de tant d’injustices économiques, sociales et culturelles. « Ce nègre impitoyable pour la beauté, la bonté, l’amour, le respect d’autrui, la vie, démontre aussi par l’absurde combien la civilisation, si peu naturelle et partant si fragile, est notre bien le plus précieux ».

La pièce dure 3 h sans entracte.
Théâtre de l’Épée de Bois à 20 h 30 sauf dimanche et lundi, dimanche à 16 h, tél 01 48 08 39 74

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s