LE GRAND TROU L’Échangeur de Bagnolet 10 décembre

Mise en scène Benjamin Abitan, Théâtre de la Démesure, de et par Benjamin Abitan, Raffaëlle Bloch, Antoine Dusollier, Thomas Horeau, Barthelémy Meridjen, Aurélie Miermont, Ondine Trajer avec Bernard Bloch, interprètes vidéo Aurélia Grigonet et Nathalie Lacroix, chansons Iannis Plastiras

« Je me souviens du trou. J’ai toujours du mal à parler après un spectacle et je ne suis pas sûre d’avoir tout compris ! ». On pourrait mettre cette phrase de ce drôle de spectacle énigmatique et pourtant clair avec des images choc, en exergue.
Benjamin Abitan, réalisateur d’émissions à France Culture a réuni une équipe nombreuse qui s’interroge sur la politique d’enfouissement des déchets menée par AREVA. Le spectacle s’ouvre sur un effondrement d’ordures qui tombent du plafond, bouteilles et sacs plastiques, boîtes de conserves, tous les objets au rebut qui s’accumulent dans nos poubelles et bien souvent jetées négligemment dans nos rues.
Le spectacle est rythmé par une émission sur grand écran qui surplombe le plateau, qui commente les actions d’une équipe de scientifiques sur l’exploration des ressources d’énergie . « Osons casser la coquille de l’avenir, AREVA nous abandonne, ensemble nous reprendrons le contrôle des stocks (…) ce qui nous préoccupe, c’est notre avenir.
Le protocole collé aux fesses, sur le plateau les protagonistes font une prière à AREVA : « Veille sur eux jusqu’à l’avènement de la grande croissance ! ». Un couple nu sous sa couverture évoque la contamination des travailleurs et celle des habitants. « L’heure est venue de creuser le grand trou ! ». Un couple de femmes hurle : « Je pense au protocole, je reviens de l’endroit où est tombé le météorite, le trou c’est monstrueux, on a peut-être ce qu’on mérite !  (…) l’amour doit faire mal, il doit creuser quelque chose en nous !».
Un couple d’amoureux, la femme est enceinte, elle ne veut pas garder son enfant. « Maintenant on fait quoi, je veux qu’on me voie telle que je suis ».
Bernard Bloch bardé d’objets a un rôle central, il se réincarne à plusieurs reprises, Bernard I, Bernard II, Bernard III, pontifiant et sentencieux braille : « Notre démarche est purement documentaire, il y a beaucoup d’invention et de poésie ».
Ce centre de stockage des déchets radioactifs et soigneusement déblayé à la fin du spectacle pour laisser un plateau intact.

Production du TDM avec le soutien du Cirque électrique, du Studio de Virecourt, de CAP Étoile, de la Générale, du cinéma Avesso et des Plateaux solidaires d’ARCADI, coréalisation l’Échangeur Public Chéri.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s