ARDANTHÉ Vanves 11 mars

GALOOOOOOP ARDANTHÉ Théâtre de Vanves 11 mars

De Vincent Thomasset, performance lecture par Anne Steffens et Vincent Thomasset

Vincent Thomasset avait été invité à deux reprises au Musée d’Art Contemporain de Vitry à produire un texte suivi d’une performance en 2016. On lui avait demandé de réfléchir à la notion de reprise en même temps que les Subsistances de Lyon sur celle de héros. . GALOOOOOP a été construit sur ces deux commandes.
Dans une loge du théâtre, les deux acteurs devant un lutrin, lisent leur texte à toute vitesse : « Je ne regarde que ce que je regarde, ce sont mes amis qui me regardent. » On assiste à une leçon d’équitation : « Voilà, c’est bien au pas. Nous parcourons ce qui nous sépare, porter des coups, ça fait du bien, le secret c’est de se détendre ». Anne Steffens reprend : Je regarde le dessin animé, je regarde le film, au bout d’un moment, je ne regarde plus, ce sont mes amis qui me regardent ». Au bout de cette courte promenade équestre à double sens, la salle se vide pour être à nouveau remplie par douze spectateurs, on peut assister une deuxième fois à cette double métaphore équestre sur le temps du désir, la perte et l’oubli.

STRANGE BUT TRUE ARDANTHÉ Vanves 11 mars

D’Afshin Ghaffarian, conception et interprétation Yaser Khaseb, Afshin Ghaffarian, musique Farshad Fozouni (France-Iran)

Déjà présenté en France en 2009, cet étrange duo de danseurs iraniens est une métaphore sensuelle sur le double. Les deux danseurs se tortillent, s’enroulent sensuellement dans la pénombre sur des bruitages étranges. Une pluie de plumes les ensevelit. Sans avoir décroché difficile de rendre compte de cet émouvant et insolite duo.

NON QUE ÇA NE VEUILLE RIEN DIRE ARDANTHÉ Vanves 11 mars

(Brefs entretiens avec des hommes hideux) d’après David Foster Wallace, mise en scène Perrine Mornay, avec Aude Lachaise, Olivier Boréel, Serge Cartellier

Nous sommes assis de part et d’autre d’une longue piste, les trois acteurs s’y déplacent au fur et à mesure de leurs évocations de souvenirs étranges. Le premier évoque une scène qui l’a marqué à 8 ans en compagnie de son père : « Il a sorti sa bite et s’est contenté de me l’agiter sous le nez ! J’ai bougé la tête dans tous les sens , je déambule dans la maison en état de panique ! » Plus tard, devenu adulte, il questionne son père : « Qu’est-ce qui t’a pris ? Le regard qu’il m’a lancé disait qu’il était gêné pour moi ! ».
À l’autre bout de la piste, un homme allume un micro ondes, il sort le plat et l’apporte à la jeune femme qui s’assied à sa place. Il joue de la batterie, s’approche du micro, esquisse des pas de danse, les deux autres le rejoignent, ils dansent étroitement serrés, avec la jeune femme en sandwich.
Puis l’un d’eux a perdu son bras, « tout juste si je ne les fais pas vomir avec mon bras ! ». Il chantonne faux devant le micro éteint en toussant, se déguise en nain.
« Est-ce que c’était une bonne chose l’holocauste ? S’il n’y avait pas eu d’holocauste, il n’y aurait pas eu d’homme en quête de sens.».
Une scène de viol, six semaines d’hospitalisation, « si je te disais qu’elle doit encore se faire dyaliser deux fois par semaine, tellement ils l’ont arrangée… »
Dans le noir on perce des ballons, on pisse dans un aquarium, déjection, éjection, on voit les hommes sortir du cabinet suivis d’une trainée de papier hygiénique dans leur derrière…
« Des hommes riches à millions ne tirent pas la chasse », on entend un rire hystérique, le père dans sa camionnette « j’avais envie de lui en mettre plein la tête ! ». On reste interloqués devant cette étrange performance qui recueille des applaudissements nourris.

C’est le cinquième spectacle de Perrine Mornay qui a cofondé le Collectif Impatience avec Christophe Givois en 2009. Elle est artiste associée au Collectif 12 de Mantes la Jolie.
Non que ça ne veuille rien dire sera présenté du 31 mars au 7 avril à L’Échangeur de Bagnolet.

Perrine Mornay est artiste associée au Collectif 12 de Mantes la Jolie depuis 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s