NEVER, NEVER, NEVER Théâtre Studio d’Alfortville 27 mars

De Dorothée Zumstein, mise en scène Marie-Christine Mazzola, avec Thibault de Montalembert, Sarah-Jane Sauvegrain, Tatiana Spivakova, la Charmante Compagnie.

Ce dialogue entre un poète célèbre, Ted Hughes et Silvia (Plath) et Assia (Wevill) ses deux épouses qui se sont suicidées, de déroule au cours d’une soirée en 1984, la veille du jour où il va recevoir le titre de poète lauréat. Nous sommes dans l’appartement londonien où Ted Hughes vécut successivement avec ses deux femmes et leur fils.
Autour de deux petites tables avec des carafes de sherry, dont le poète s’enivre, le fantôme de Silvia dialogue avec son mari : « je n’ai jamais quitté cette maison. Face à la femme que je ne peux pas nommer… Le fantôme d’Assia apparaît, elle dialogue avec son mari sur le journal de Silvia.
Elles se sont toutes deux suicidées au gaz : « La mort a déposé ses oeufs dans ma blessure ».
Les trois interprètes donnent vie à leurs fantômes avec une belle maîtrise, réussissant à faire passer un texte improbable un peu long. On traverse ce rêve éveillé sans décrocher, avec les réminiscences de Letter’s home, la correspondance de Silvia Plath interprétée par Coralie et Delphine Seyrig montée en 1984 par Chantal Akerman, ainsi que la pièce montée par Françoise Merle qui ont marqué nos mémoires.

Théâtre Studio d’Alfortville jusqu’au 1e avril à 20 h 30, 16 rue Marcelin Berthelot, Alfortville

Publicités

2 réflexions sur “NEVER, NEVER, NEVER Théâtre Studio d’Alfortville 27 mars

  1. Chère madame, je n’ai pas pour habitude de commenter les critiques – qu’elles soient élogieuses ou négatives – dont mon théâtre fait l’objet. Je laisse chacun totalement libre de son avis (c’est la moindre des choses). En revanche, vous faites dans votre article plusieurs prétendues citations (que vous mettez clairement entre guillemets) de mon travail dont pas une seule n’est exacte. En d’autres termes, je n’ai – et n’aurais – pas écrit une seule des phrases (ou vers, puisque j’écris en vers libres) que vous m’attribuez. Serait-il possible, soit de les rectifier (je me propose de vous envoyer la bonne version), soit de supprimer les citations erronées? Par avance, merci de votre compréhension. Dorothée Zumstein.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s