L’OPOPONAX, Maison des Métallos 18 juillet

De Monique Wittig mise en scène et jeu Isabelle Lafon à la batterie Thimothée Faure

Isabelle Lafon nous a laissé d’impressionnants souvenirs avec Igishanga Dans le nu de la vie-récits des marais rwandais d’après Jean Hatzfeld et aussi Deux ampoules sur cinq d’Anna Akhmatova ! Elle est accompagnée par un batteur impressionnant qui reste le seul souvenir de cette représentation vue hier soir !

L’Opoponax prix Médicis en 1964 pour ce premier roman de Monique Wittig, raconte l’enfance et l’adolescence d’une militante féministe à la campagne. L’Opponax est une résine qui entre dans la fabrication des parfums capiteux, trop pour moi ! Malgré les qualités d’interprète d’Isabelle Lafon, rien ne subsiste en mémoire de cette représentation, sinon les rythmes du batteur…L’Opoponax est le troisième volet du cycle Les Insoumises dont nous avions dégusté Deux ampoules sur cinq.

Maison des Métallos jusqu’au 22 juillet du mardi au samedi à 20 h

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s