OVNI(S) THEATRE OUVERT 2 octobre

OVNI (S) Théâtre Ouvert 2 octobre

D’Ivan Viripaev, scénario poétique de Jérôme Game, mise en scène et jeu Alexandra Castillan, Sophie Cattani Grégoire Monsaigeon, Antoine Oppenheim, Michael Pas, Collectif ildi ! eldi

Les cinq protagoniste qui se posent la question de savoir ce qui est anormal. Ils ont d’abord un projet de film, c’est un échec, ils se rabattent sur le théâtre. Ils nous fixent des yeux. Emilie en short, 23 ans habite en Australie : »j’ai été en contact avec la civilisation extra-terrestre, j’étais dans un café, tout ça m’a rappelé beaucoup le yoga. J’ai regardé Facebook sur mon ordi, j’ai eu peur parce que je ressentais tout le temps une forme de danger. Nous vivons tout le temps une forme de danger et nous sommes tous très tendus ».
Elle a tout le temps des flashes, entend des bruits réguliers, s’approche de son ordinateur : « Je me suis mise à aller au yoga 3 fois par semaine ». Les filles se mettent à cheval sur un grand miroir, lèvent les jambes, on leur dicte des positions, c’est bon pour le moral ! Elles esquissent des mouvements insolites pendant que les trois autres font semblant de filmer avec des éclairages et des bouteilles d’eau. On entend un bruit de moteur, un acteur se met en caleçon, pénètre à l’intérieur d’un ballons transparent, qu’on gonfle, se coiffe de son caleçon, il marche à l’intérieur du ballon qui se dégonfle. Il en sort nu en traînant le ballon derrière lui.

C’est la description d’un parcours dans une ville américaine. Les acteurs lancent des rouleaux de fil électrique que le protagoniste serre contre lui : « Pour enlacer l’arbre, donne-moi des forces ! ». On décrit un vol au dessus de la terre, on déplace la cage argentée au fond du plateau, on étale le tissu. « La caméra traverse la stratosphère, ça devient blanc, tout bleu ! » On voit un coeur qui bat sur deux écrans, une fille décrit son travail à New York, « je suis la manifestation du monde. Vous voulez savoir comment je me suis fait enlever par des aliens : une soucoupe volante est arrivée, au lieu de courir, il faut accepter problème ! (…) Vous savez comment on peut changer le monde, il change tout seul ! » Les autres écoutent prostrés, silence prolongé avec un bruit de fond. « Nous t’avons élue pour cette haute mission de mes couilles ! » On voit l’écran vibrer et c’est la fin bienvenue.

Difficile de démêler un sens malgré l’attention portée au spectacle ! On reste sur sa faim.

Théâtre Ouvert mardis et mercredis à 19 h, jeudis, vendredis et samedis à 20 h, tel 01 42 55 55 50

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s