LA LISTE Compagnie Chenevoy Théâtre Essaion 27 août

De Jennifer Tremblay avec Claudie Arif et Julie Quesnay

Une fille compassée témoigne sur la mort d’une amie : « Je suis responsable de sa mort ! ». Elle colle sur un tableau des post it avec la liste des tâches qu’elle doit accomplir. Une accordéoniste pénètre sur le plateau, pieds nus et dialogue, très complice avec son amie par son instrument. « Je reste un fruit amer, je continue de devoir rester, je veux être un chameau immobile dans le désert. (…) A force d’être seule, je n’ai pas su être avec quelqu’un ! Je ne voulais pas partager mes mercredis. »
.
Elle alterne des phases d’enthousiasme et d’angoisse : Je déteste ces maisons, ce village, je sais que je finirai lâchée au fond de la penderie (…) J’aime la facilité d’aimer les enfants. ». Elle ne cesse de rajouter et de supprimer les post it. Noël arrive, elle craque sur ses listes, s’écroule. Caroline l’accordéoniste, accouche, perd du sang, s’évanouit, elle est morte. Sa compagne hurle après Maman.
Jennifer Tremblay est Québécoise.

Créée en 1989, la compagnie Chenevoy a monté plus d’une vingtaine de spectacles qui ont beaucoup tourné. D’abord des textes classiques et depuis quelques années des contemporains, comme Wajdi Mouawad. La liste a été jouée au Festival d’Avignon en 2014, puis en tournée.

Théâtre Essaion jusqu’au 4 décembre, les lundi et mardi à 21 h 30, tel 01 42 78 46 42

Publicités

HOPE SHOW Good Chance Theatre Paris 11 aout

Le Good Chance Theatre troupe Anglaise venant de Calais, s’est installé à Paris pour travailler avec des réfugiés dans la cour d’un immeuble. Ils sont une vingtaine, en majorité des hommes de couleur et quelques femmes. Nous sommes dans la cour d’un immeuble squatté avec de grandes affiches, un beau chapiteau est planté au centre. On nous accueille avec des cocktails de fruit sans alcool.

. Rodrigo Ramis ouvre la séance à l’extérieur, en clamant « I divise my fears », nous rentrons dans le chapiteau en nous installant en rond autour des acteurs. Certains déclament « la poésie sur tes aubes dorées, poses toi tel l’oiseau sur les terres ». Rodrigo fait chanter le groupe qui tape dans ses mains. « Je suis un homme, une âme, juste comme toi ». Quatre acteurs rentrent en riant, ils font semblant de se battre, un cuisinier « oiseau, toi qui voles si librement, vole dire mon amour à mes proches ». Il y a un duel avec des bâtons qu’ils s’échangent, un chant choral, le groupe sort et revient, on fait monter un homme sur une chaise qui braille en se tenant le dos. Il est remplacé par une fille qui dit « I love my father « , une autre déteste son père. Sur une musique, tout le monde se dandine. Les séquences se succèdent sans fil conducteur apparent, un orchestre de 3 tambours et un chanteur.
Bien difficile de trouver un fil conducteur dans ces improvisations hasardeuses. Nous quittons la compagnie en leur laissant tout de même un billet pour leur peine et les cocktails de fruits. Il y aura d’autres séances au cours de la semaine.
https://www.goodchance.org.uk

PLAGE DES SIX POMPES 25e Festival des Arts de la Rue, La Chaux de Fonds Suisse 5 août

Manu Moser organise depuis 25 ans ce festival International de Théâtre de Rue qui rassemble cette année plus d’une d’une centaine de spectacles disséminés dans cette jolie ville, plusieurs milliers de spectateurs accueillis par des bénévoles qui collectent les dons bien utiles pour compléter les subventions
. L’inauguration par les officiels se fait dans la rue autour de discours simples, et d’un buffet agréable, Manu Moser annonce que l’ancienne présidente de l’association est devenue Présidente de la Suisse et que la ville a retrouvé sa prospérité !

RIEZ SANS MODERATION Compagnie Réverbère

Un bonimenteur envoie une balle avec sa bouche, son comparse la rattrape avec la main et lui renvoie. On le fait asseoir dans le fauteuil d’Emmanuelle, une poupée Barbie à la main, il la fouette . Plusieurs numéros se succèdent en manipulant les spectateurs. On leur fait porter les barrières. Le bonimenteur porte la barrière en équilibre sur sa bouche, il munit les spectateurs de grandes cannes à pêche, un enfant lance son diabolo qu’il rattrape. « 25 ans sans l’aide de l’Etat », tout le monde doit mettre les bras en l’air.
6 août 17 h 15 18 h

PELAT de John Catala

John Catala installe un grand poteau qu’il fait tenir debout grâce à 4 spectateurs qu’il choisit. Il leur conseille des positions, leur attache des cordes à la taille, les fait s’éloigner aux quatre coins, les fait chanter et moduler leurs voix. On se tape sur l’épaule, on se tient par la ceinture, on se penche en arrière, chacun prend une corde, s’y attache. L’animateur lance une chorale dans le public, entasse 3 spectateurs derrière les porteurs, monte au sommet du poteau, se tient debout. Le tout dans un silence total, de la part des acteurs recrutés et du public. C’est impressionnant, suivi d’applaudissements chaleureux.
7 08 à 20 h 30

LE HAMSTER CE TYRAN QUI FAIT LA ROUE TOUT LE TEMPS Compagnie du Myocarde

Un homme se frotte les mains, une femme se concentre : »Je vous propose un exercice de respiration. Relâchez toutes les tensions. Je vous prose de fermer les yeux ». Annabelle vient de la Méditerranée, est ce que certains manquent d’harmonie ? On peut être heureux en 8 jours ! » Il nous montre des photos sur son téléphone portable, il se met un seau sur la tête, « je voulais être le canard de Suez ». Elle court tout autour, « allez y c’est ça , je ne sers à rien (…) c(est le plus grand risque de l’existence ! »
On leur demande de tuer leur hamster « Jette l’ordinateur qui demande de tuer le hamster ! »
Ce spectacle insolite sera présenté mercredi 8 à 20 h

Plage des Six Pompes La Chaux de Fonds Suisse jusqu’au 11 août tel +41 32 967 89 95

FETE ETERNOZ 4 août

Dans un joli village de Franche Comté, Samy Guet organise avec de nombreux amis venus de toute la région et même au delà, un fête avec des chevaux et des musiciens dont il dirige les évolutions. Il y a Lucie et les chevaux, Turbo Nigloo de Toulouse, Farty Wayne venu d’Italie, le Collectif Barouf, Hélène et son Bus…Rafraichissements et petite restauration sont accessibles avec des jetons de 2 € qu’on peut acheter et revendre. Un beau climat poétique dans cette belle prairie, tout le monde est bénévole pour pouvoir entretenir les 6 chevaux dont la foule pleine d’amis, admire les numéros. Il y aura d’autres fêtes…

DOM JUAN d’après les Molière de Vitez, mise en scène Gwenaël Morin Théâtre du Peuple de Bussang jeudi 2 août

Gwenaël Morin qui dirige le Théâtre du Point du Jour à Lyon, s’est emparé de quatre pièces qu’Antoine Vitez présentait en Avignon voilà quarante ans, pour expérimenter de jeunes comédiens sur un plateau nu. Seuls élément de décor pour ce Dom Juan, une grosse caisse qu’on vient frapper par instants et un David de Michel Ange en affiche que l’on déplace pour la statue du Commandeur.

Les acteurs sont distribués sans égard aux sexes, une fille interprète Sganarelle en tablier, le mendiant est nu, on attache des rubans aux costumes contemporains des nobles, on coiffe Dom Juan d’une perruque ridicule, on le maquille de céruse. Done Elvire est jouée par un homme voilé de blanc, Dom Juan va se cacher dans les rangs des spectateurs. On n’entend pas toujours bien le texte, mais malgré la singulière folie de cette mise en scène, on goûte comme jamais cette pièce vue tant de fois. Dom Juan et le mendiant courent nus autour du plateau.

L’énergie de cette troupe qui interprète aussi l’Ecole des femmes les mardis, Tartuffe ou l’imposteur les mercredis, Dom Juan les jeudis, le Misanthrope les vendredis et l’intégrale des quatre pièces les samedis à 14 h, porte une vérité troublante de ces pièces de Molière, vues et revues tant de fois dans l’itinéraire d’une vieille spectatrice amoureuse d’Antoine Vitez. Il s’en serait beaucoup amusé !

Jusqu’au 18 août à 20 h tél 03 29 61 50 48

LITTORAL Théâtre du Peuple de Bussang, 2 août

De Wajdi Mouawad, mise en scène et scénographie Simon Delétang

Simon Delétang vient heureusement de reprendre la direction du Théâtre du Peuple de Bussang, lieu magnifique au croisement de la Franche Comté et de l’Alsace, fondé par Maurice Pottecher, à la fin du XIXe siècle, qui y faisait jouer les ouvriers de son entreprise. Après six années de direction de Vincent Goethals qui se croyait dans un Centre Dramatique National, c’est une heureuse succession.

En exergue du programme de l’été, une phrase dynamique de
Simon Delétang : « Tel un arbre qu’on élague afin de lui permettre de prendre de la hauteur, je souhaite que ce premier été se concentre sur l’essentiel, lié rencontre entre des publics et des oeuvres majeures dans ce site exceptionnel, avec du temps libre pour réfléchir et échanger (…) La perspective de créer un spectacle avec une troupe importante, composée d’artistes professionnels et amateurs, ici au Théâtre du Peuple, m’a intuitivement ramené à cette oeuvre. Littoral est devenue entre temps, un classique du théâtre contemporain. Mon souhait à Bussang est d’offrir les plus grandes pièces du répertoire , qu’il soit classique ou d’aujourd’hui, et Littoral s’est imposé comme geste inaugural. (…) Enfin, j’ai lié cette quête d’identité de Wilfrid à ma propre biographie en proposant à mon père, acteur amateur avec qui j’ai fait mes premiers pas sur scène, il y a 25 ans, d’endosser le rôle du père et lui faire vivre cette aventure exceptionnelle de Bussang dans l’esprit familial des premières créations de Maurice Pottecher. Les artistes amateurs seront très présents dans ce spectacle, ils endosseront des partitions importantes. La plupart d’entre eux ont suivi le programme de formation proposé ici toute l’année afin de créer une vraie troupe en adéquation avec l’esprit et l’exigence de ce nouveau projet ». ».

En exergue sur l’écran, une phrase tirée d’Hyperion d’Höderlin : » Nous ne sommes rien, c’est ce que nous cherchons qui est tout ».

Wilfrid est au lit avec une femme, au moment suprême, le téléphone sonne, on l’informe de la mort de son père qu’il n’a jamais connu. Sa mère était morte en lui donnant la vie….Il va retrouver le cadavre paternel et se met en tête de trouver un lieu pour célébrer ses funérailles, il est rejeté de partout, les cimetières sont pleins. Il fait appel au chevalier de Guiromelan qui ne parvient pas à l’aider. Sur une grande projection du Christ de Rubens qui s’ouvre à 4 reprises sur la forêt, il dialogue avec son père mort revenu à la vie. Il porte sur son dos le cadavre, suivi par toute une troupe qui tourne en rond sur le plateau. Il erre de cimetières en cimetières, tous sont pleins, jusqu’à arriver au bord de la mer, où il pourra enmerrer en fin le cadavre. Interprété avec beaucoup d’humour par une vraie troupe, ce spectacle nous offre une vision exaltante de cette pièce dont Wajdi Mouawad avait lui même réalisé une belle mise en scène au Théâtre 71 de Malakoff.

Théâtre du Peuple les 3, 5, 8, 9, 10, 12, 15, 16, 17, 19, 22, 23, 24, 25 août à 15 h Tél 03 29 61 50 48

LE TRANSSIBERIEN dans le Bus d’Hélène, Coteau Louis Jouvet à Montbéliard

En 2005, Hélène Jouvelot avait fait l’acquisition d’un bus de transport scolaire pour 30 000 € qu’elle avait payé sur ses fonds personnels jusqu’en 2011. L’assurance est très chère 1500 € par an, elle conduit avec une belle maestria Elle l’a aménagé en salle de spectacles et travaille avec les cafés solidaires au moins une fois par mois sur les marchés et avec Emmaüs et un certain nombre d’associations. Elle participe au Festival des Mômes, fait des marionnettes pour les maternelles comme « A la recherche du Père Noël », organise des voyages mobiles et immobiles. Ce jour là c’est Via Terra Cultura, l’association de ce HLM désert écrasé sous le soleil qui l’a invitée. Elle installe des chaises longues autour du bus, l’association nous sert le café et de l’eau dont on a bien besoin. Le Bus joliment repeint en rouge avec de beaux graffitis sur le côté gauche est installé à l’ombre, on attend les spectateurs pour assister à la représentation interprétée par Jacques Livchine et Lucile Tanoh à l’intérieur. Le moteur est allumé, ce qui permet une réfrigération.

On nous distribue des billets classe 1, placement libre pour ce Coteau Louis Jouvet. Nous ne sommes que 8 dont 2 enfants assis au fond à y pénétrer au début de la représentation et nous sommes rapidement emportés dans les flots de ce poème de Blaise Cendrars, célébré depuis une cinquantaine d’années par un amoureux de ses vers. Tous deux marchent de long en large dans les allées du Bus . »Nous sommes un orage sous le crâne d’un sourd … ». Il rythme les vers de son accordéon, nous emporte avec Jeanne « la petite prostituée » de Blaise Cendrars interprétée avec une belle énergie par Lucile Tanoh.

De nombreux enfants se sont assis dans les transats à l’extérieur, ils pénètrent dans le bus à la fin de la représentation, sont éveillés et curieux. L’association nous sert des boissons, on peut discuter.

Hélène et son bus ne bénéficient d’aucune subvention, malgré la sympathie de ceux qui l’accueillent. « Je m’éclate, mais c’est difficile de vivre ! » Auparavant Hélène avait travaillé un an avec Clowns sans Frontières, avait travaillé 3 mois au Brésil avec l’un des Cousins. Hélène était ensuite rentrée en Franche Comté, avais participé aux Kapouchniks du Théâtre de l’Unité. Elle voudrait retourner en Inde pour travailler avec des jeunes, fonder une équipe pour travailler avec la Fondation de France.

Via Terra Cultura tel 03 81 34 89 20