Hugo, l’exil et la rage

HUGO, l’exil, la rage, le rêve (118) Compagnie le temps de dire 13 juillet

Adaptation et jeu Paul Fructus, composition musicale accompagnement Marie Claire Dupuy

Paul Fructus, dont l’allure évoque étrangement la figure de Victor Hugo, évoque son côté maniaque. « Parents, surveillez les lectures de vos enfants (…) J’ai ouvert les Misérables, à 12 ans, j’ai attrapé le virus Hugo, je n’en suis jamais revenu ! » Accompagné à la batterie, il met le cap sur l’île de Guernesey comme « un homme devenu de plus en plus une ombre. (….) Il ne faut pas laisser poète tout seul au milieu de la mer (…) Je vais au désert, mais sans quitter le monde, l’amour de l’humain, la haine du malheur, détruire la misère ! » Hugo cogne de plus en plus fort »mais quand j’étais royaliste et quand j’étais petit, en présence de Bonaparte, le citoyen n’a qu’une chose à dire, recharger son fusil ! » Quelle Hugolade !
Je préfère le Hugo qui aime Juliette Drouet « Enfants voici les boeufs qui passent, cachez vos rouges tabliers »
Paul Fructus termine sur l’admirable grand père « J’ai l’attendrissement de le dire, ils sont l’aurore! ». Puis Léopoldine à Villequier… Un émouvant et subtil hommage à Victor Hugo.

Bourse du Travail à 17 h tél 06 08 88 56 00

Publicités

LA VÉRITABLE HISTOIRE DU CHEVAL DE TROIE

Mise en scène et adaptation Claude Brozzoni avec Guillaume Edé et Claude Gomez (musique)

Deux personnages, Enée et son ami Tchavalo, une valise et un accordéon à leurs pieds, sont à la recherche d’une terre accueillante où poser leurs bagages après leur fuite de Troie détruite. »La scène représente la mer immense », les autres, le plus grand nombre fuyant la mort, sont effrayés par les rivages, ils voient des Grecs partout. On rejoue la fête des dieux où la déesse Eris ne fut pas invitée. On donne la pomme d’or à Vénus qui provoque l’enlèvement de la belle Hélène par Paris, ce qui entraîne la destruction de Troie et dix ans de fuite sur les mers. On raconte la ruse des Grecs, la construction du Cheval de Troie qui ravage la ville, les morts se comptent par milliers. « Enfuis toi Enée, c’est l’heure inéluctable, il n’y plus de Troyens (…) Permettez nous de tirer nos vaisseaux sur le sable. Nous sommes paisibles ! ». Un chant suivi d’un long silence de deuil partagé par le public met fin au spectacle. Notre époque où les migrants sont chassés sans pitié d’une frontière à l’autre, peut méditer sur ce spectacle troublant
C’est le trentième spectacle de la compagnie Brozzoni créée en 1989. On se souvient entre autres, de Eléments mois performants et de Médée Kali.

La Manufacture jusqu’au 26 juillet à 13 h 25, relâche le 19 tel 04 90 85 12 71

MON PAYS MA PEAU La Manufacture 12 juillet

Lecture d’après Country of my scull de Antje Krog, interprétée par Romane Bohringer et Diouf Komaé KSAMKA

Cette pièce traite de la commission Vérité et Réconciliation établie en Afrique du Sud pour mettre fin à la politique de l’apartheid et rétablir la Nation Arc en Ciel, rêvée par Nelson Mandela premier président noir de l’Afrique du Sud. Les deux acteurs livrent l’effrayante réalité du racisme révélée à travers les interviews de l’auteure, journaliste qui dialogue avec des victimes du racisme.Cette lecture à table nous livre une vision réaliste d’un continent oublié dans ses cauchemars.Deux excellents acteurs en lecture sur table nous font voyager au de la des frontières.

http://www.ksamka.com

L’ABSOLU Villeneuve en Scène 11 juillet

Cie Les Choses de Rien, auteur et interprète Boris Gibé

Nous sommes invités à gravir les marches en colimaçon d’un immense silo métallique d’une dizaine de mètres de hauteur. Ceux qui ont le vertige doivent rester en bas. Et l’on assiste au vol troublant d’un homme s’élevant en haut du cylindre avec des chutes vertigineuses, des apparitions et des disparitions inimaginables. Une équipe technique nombreuse et très rodée est aux manettes. Nous sommes stupéfaits.

A 22 h jusqu’au 22 juillet, relâche le 16 juillet Clos de l’Abbaye Silo

KHOROTO Villeneuve en Scène 11 juillet

Compagnie SPT Maroc, mise en scène Hamza Boulaza Camion Théâtre

Dans ce premier camion théâtre du Maghreb, assis sur des des petits gradins, nous avons du mal à suivre une histoire de famille de mariage et de dot compliqués. , interprétée par cinq hommes, dont on devrait suivre le fil sur des projections lumineuses, mais la rapidité et le graphisme minuscule, freine la lecture.
Un homme voilé qui joue une femme, s’allonge près d’un foyer. L’Imam égraine un chapelet, c’est l’école marocaine. Des jeux d’enfants, des adultes en gandoura, bruyants sont interrompus à la baguette. Une femme cuisine, ils sont tous sur leurs téléphones. La «femme » masquée s’étend sur le canapé entourant la jeune femme, ils se battent,elle s’enfuit avec une boîte d’argile sous le camion qui démarre. On assiste à un viol sous les yeux de témoins impassibles, , on jette des madeleines par terre que l’un d’eux vient brouter, on entend des aboiements. Un instituteur se moque de son élève. Une inondation,l’un des sauveurs revendique la légion d’honneur. Tout le monde s’enfuit, on balance une pierre dans la porte et nous pouvons sortir.

jusqu’au 22 juillet à 21 h, relâche le 16 juillet, tel 04 32 75 15 95
http://www.spectaclepourtous.ma

LA NUIT UNIQUE Villeneuve en Scène, 10 juillet

Théâtre de lUnité, mise en scène Jacques Livchine et Hervée De Lafond

Dix comédiens comme chez Molière dans cette nouvelle version de La Nuit Unique interprétée pour la première fois en plein air et en frontal, avec les lumières de David Mossé, sur cette prairie de l’abbaye de Villeneuve en Scène.

Vue déjà 2 fois au moins à l’intérieur en bi-frontal, installés dans des berceaux gonflables, cette nuit unique prend un aspect plus étrange et poétique au sommet de cette crête de Villeneuve face à de grands arbres. Les spectateurs sont accueillis et installés avec des oreillers, beaucoup ont apporté des duvets et des tapis. Les acteurs les installent dans la paille ou sur des transats. « Très chers dormeurs volontaires, nous sommes en train de renouer avec les origines. »

«  Autrefois, trente jours pour le grand Mystère de Valenciennes. Lâchez prise pendant que vous dormez, vous continuez à suivre. Veuillez vous mettre en mode suspension des activités ! » Les acteurs en file font des mouvements, défilent, chantent, disent des poèmes « nos hôtes et nos hôtesses de nuit vont vous servir des doudous ». Moi j’hérite du serpent du péché originel. Fantasio décrit la nuit pour chacun des acteurs, « la nuit, c’est d’être avec les autres. ». Hervée de Lafond a oublié la Madeleine Proust. Fantasio chante.

Une alternance infinie de poèmes, de chansons, de cauchemars, entre le Bateau Ivre, des défilés, des musiques, des moments drolatiques, sous les frondaisons de cette crête de Villeneuve, on plonge dans un sommeil réparateur.Entre Le bateau Ivre, des chansons polonaises, les souvenirs du Viet Nam, pays de naissance d’Hervée de Lafond, nous nous plongeons dans le sommeil réparateur de cette Nuit Unique. On passe un tiers de notre vie à dormir.
Je me suis sentie sur une crête et nous étions dans la plaine.

7 heures du matin, on nous sert un petit déjeuner bienvenu.Un spectacle vraiment unique à ne pas manquer.

Villeneuve en scène jusqu’au 21 juillet à 23 h, relâche le 12, 15, 16 et 19 juillet durée 7 heures, tel 04 32 75 15 95