CHALON DANS LA RUE 22 juillet

LE RÊVE DU PAPILLON
C’est un solo de clown blanc qui glousse. Il se défait péniblement d’une camisole de force, mange une purée. Il porte des couches, un casque blanc, a les bras bandés, il s’en débarrasse peu à peu. Dans cette cour d’école du off, nous somme plusieurs centaines entassés, difficile de trouver un sens

LA MÉCHANCETÉ

De et par Catherine Fornal

Catherine Fornal incarne Hilda Berg, une artiste thérapeute au fort accent germanique qui se guérit elle-même en donnant des conseils aux autres. « Je voudrais nous guérir de la méchanceté. La kinesthésie est une maladie neurologique rare ». Elle interprète une danse ridicule, s’enroule dans le plastique blanc du décor. « Toutes ces maladies prouvent que je suis méchante ! ». Elle se déchaîne, parle trop fort, on a du mal à la comprendre avec un début de surdité. Le spectacle est encore en devenir, ce n’est qu’un premier crash test, mais quelle actrice, elle n’a peur de rien.

RENCONTRES DE RUE.COM
Déjà vu dans un autre festival, ce spectacle de Babette Joinet et son complice fait le point sur les sites de rencontres. « Ici on applique le respect et la bienveillance ». Ils distribuent des questionnaires au public et plaisantent sur les réponses, évoquent leur union née par internet, chantent une chanson ridicule. « rencontresderue.com, c’est notre bébé !

LA NUIT UNIQUE
Une deuxième vision de cette nuit du Théâtre de l’Unité achève l’épuisement et la surprise totale devant ce spectacle vu cette fois des durs gradins de 11 h à 7 h du matin le lendemain matin où l’on peut se remonter avec un somptueux petit déjeuner servi par les acteurs. Parmi les visions étranges qui subsistent en mémoire « Laurie dit que la nuit c’est bien parce qu’elle dort ! (…) Pour Alexandre, la nuit c’est le moment où il est le plus vivant… ». Fantasio met tout en rythme « veuillez vous mettre en mode suspension, toutes les histoires que nous allons vous raconter sont des histoires vraies ». On distribue des doudous aux 200 personnes allongées dans leurs coques rouges disposées de part et d’autres du gymnase/ « La nuit unique, l’hôtel le moins cher ».
Beaucoup moins de sommeil que pendant une première nuit plus confortable, mais un épuisement salutaire et une surprise inoubliable. Il faut aller voir cette Nuit Unique si vous la croisez sur votre chemin.
info@theatredelunite.com

PERHAPS ALL THE DRAGONS Chalon dans la rue 21 juillet

Groupe Berlin ( Belgique) direction artistique Bart Baele, Yves Degryse

Nous arrivons aux Abattoirs. Dans une salle, on a disposé un cercle d’une dizaine d’écrans que nous sommes invités à aller regarder tour à tour, en suivant les indications mentionnées sur une carte postale qu’on nous a distribuée. D’abord à la place 27, on peut écouter Roman Abramov parler du BolchoÏ, de se 1768 sièges, de la claque qu’il faut savoir diriger pour récolter de gros billets, de 300 à 500 roubles. «  Les danseurs craignent que leurs exploits ne finissent sur le silence (…) Les claqueurs à Moscou ont survécu. Ici, on peut tout acheter !». Changement d’écran : « Je m’appelle Philippe Capel. Le monde a rétréci grâce à la com, toujours plus rapide ? »
D’écran en écran on traverse les continents. Sans présence humaine concrète, on se prend à détester ce meilleur des mondes qui n’en finit pas de communiquer en pure perte.

Jusqu’au dimanche 23 à 11 h,14 h, 15 h 30, 17 h, 20 h, 21 h 30

LA FIGURE DU BAISER Chalon dans la rue 21 juillet

Compagnie Pernette

Six danseurs aux corps grimés s’élancent dans la cour du vieil hôpital de Chalon. Nous sommes guidés par une voix qui nous intime l’ordre de nous déplacer de part et d’autre de la cour. Trois filles et trois garçons font preuve d’une étonnante élasticité et d’une grande complicité entre eux, partagée par le public. Le maître de ballets nous intime parfois l’ordre de nous mêler aux évolutions des danseurs qui peuvent nous prendre par la main. C’est joyeux, insolite, parfois drôle. On aperçoit Nathalie Pernette embusquée derrière un arbre.
À 19 h samedi 22 et dimanche 23 juillet

LADY LIBERTAD Chalon dans la rue off 21 juillet

de et par Armel B, Armel Béranger

Dans la cour de l’ancienne prison de Chalon les gens s’entassent sous le soleil, Armel place les gens longuement avec un fort accent sud-américain. Et elle plante le décor de Romeo et Juliette : « Imagine une fille du sud, des maisons en pierre, la glycine qui s’enroule sur le rosier. Imagine les familles, la guerre et la bêtise humaine ». Elle profère des injures en espagnol, joue la demande en mariage de Juliette : « je m’appelle Juliette, j’ai 14 ans. Voici le vaillant Paris »…Cassius voit Juliette dans les bras d’un très jeune homme, Armel B danse avec un spectateur, monte sur la chaise, joue plusieurs personnages avec dextérité. Juliette a choisi la fuite avec des médicaments : « Réfugiés, on y est arrivés, merci d’avoir ouvert la porte ».
Elle enlève sa perruque, perd son accent. « Je me suis mariée, j’ai un enfant ».

LA NUIT UNIQUE Chalon dans la rue 20 juillet

Théâtre de l’Unité, conception Jacques Livchine et Hervée Delafond

200 hamacs gonflables rouges sont disposés au long d’un vaste et beau gymnase en bois. Nous sommes invités à nous y allonger, on nous distribue des oreillers. Jacques et Hervée prennent la parole : « Mes très chers dormeurs, vous allez être des cobayes, certains seront insomniaques. Toutes les histoires sont de vraies histoires vécues… ».
Nous nous sentons coupables de dormir au théâtre, mais le Théâtre de l’Unité nous y encourage. Et tout au long de cette nuit peuplée par une douzaine d’acteurs complices de longue date du Théâtre de l’Unité, des images ont surgies par instants, des poèmes clamés par Jacques, les réflexions d’Hervée et l’évocation douloureuse de la disparition de son frère, sans pathos, avec un humour toujours présent…Et au bout de cette nuit, un splendide petit déjeuner servi dans nos hamacs par les acteurs.
Du jamais vu, même après 50 années de spectacles.

LA FERME Chalon dans la rue 20 juillet

Antipodes, direction artistique Lisie Philip, univers musical Laurent Tamagno.

Trois acrobates danseurs s’affrontent avec un Fenwick qui roule dans tous les sens. Il s’y suspendent, montent dessus, le chevauchent dangereusement, sous les ordres impérieux du conducteur voilé. Il faut tenir la cadence, obtenir de bons rendements. Mais on peut aussi se révolter et dominer la bête, c’est ce qui finit par arriver.
Le spectacle a bénéficié de nombreux soutiens, du Citron jaune, de la Fondation Beaumarchais, de Lieux Public et de la DRAC PACA entre autres.

LA NUIT UNIQUE LA FERME Chalon dans la rue 20 juillet

Antipodes, direction artistique Lisie Philip, univers musical Laurent Tamagno.

Trois acrobates danseurs s’affrontent avec un Fenwick qui roule dans tous les sens. Il s’y suspendent, montent dessus, le chevauchent dangereusement, sous les ordres impérieux du conducteur voilé. Il faut tenir la cadence, obtenir de bons rendements. Mais on peut aussi se révolter et dominer la bête, c’est ce qui finit par arriver.
Le spectacle a bénéficié de nombreux soutiens, du Citron jaune, de la Fondation Beaumarchais, de Lieux Public et de la DRAC PACA entre autres.